Candidat FN "pas compétent" : "Il était inutile d'en faire tout un fromage"

Romain Thomann, candidat aux départementales, a écrit un message sur Facebook où il doutait de ses propres capacités. Arrivé deuxième dans son canton, il pense que cette bourde ne lui a pas porté préjudice.

La photo de profil de Romain Thomann, candidat FN à Colmar (Haut-Rhin) aux élections départementales. Dimanche 22 mars 2015, il s\'est qualifié pour le deuxième tour.
La photo de profil de Romain Thomann, candidat FN à Colmar (Haut-Rhin) aux élections départementales. Dimanche 22 mars 2015, il s'est qualifié pour le deuxième tour. (ROMAIN THOMANN)

Romain Thomann, 18 ans, se présentait dans le canton de Colmar-1 (Haut-Rhin) pour le Front national. Durant la campagne des départementales, ce candidat a fait parler de lui pour un message embarrassant écrit sur Facebook et rapporté par L'Alsace : "Pour avoir vu les candidats du Haut-Rhin [investis par le FN], ils ont presque tous été enrôlés de force… Moi-même, si je m’écoutais, je ne me qualifierais pas de 'compétent' pour cette responsabilité. On verra bien, mais les journalistes nous attendent au tournant !"

Pas compétent, enrôlé de force ? Une large part des électeurs de Colmar ne s'y sont pas arrêtés. Romain Thomann et sa colistière, Laurence Locher, ont réuni 25,17% des voix. Deuxièmes, derrière l'Union de la droite (35,34%), ils iront au second tour. Voici la réaction du jeune candidat recueillie par francetv info.

>> Résultats, réactions, décryptages… Suivez le lendemain du premier tour des élections départementales dans notre direct 

Francetv info : Que pensez-vous des résultats que vous avez obtenus à Colmar dimanche ?

Romain Thomann : Avec mon binôme, nous sommes relativement contents du score, même si nous sommes deuxièmes.

A vrai dire, il était très difficile de savoir sur quoi tabler. Le FN n'était plus présent depuis dix ans dans ce canton. De plus, il y avait une large offre politique, avec six listes. Et, parmi ces six listes, quatre pouvaient prétendre arriver au second tour : le FN, l'UMP, la liste régionaliste Unser Land et les écologistes. C'est donc un bon score que l'on ne pouvait pas prédire.

Nous avons été très impliqués contre la fusion des régions [Alsace et Lorraine]. Les gens nous disaient : "On va voter pour vous." Et puis, ils ajoutaient : "Vous êtes jeunes, ça change." Finalement, c'est un ensemble de facteurs, pas uniquement une dynamique nationale.

Durant la campagne, vous avez surpris en écrivant que vous ne vous sentiez "pas compétent". Que s'est-il passé ?

C'est parti d'un petit quelque chose pour devenir une polémique nationale. Mes propos ont été détournés. Le Lab a relayé que ces paroles avaient été tenues face à un journaliste, mais c'est faux. Ça a été récupéré par quelqu'un sur Facebook. Des propos que j'ai laissés 30 secondes ou peut-être une minute sur un mur, celui d'une personne lambda. Je ne savais pas que ce serait interprété de cette façon.

Je parlais d'incompétence car je n'ai jamais été candidat. Mais j'apprécie la politique et j'ai toujours essayé d'être le plus efficace possible. J'ai eu des doutes passagers, mais cela peut arriver à tout le monde. Je vais en terrain inconnu. Je me demandais : "Est-ce que je serai à la hauteur ?" Je suis depuis deux ans au FN, ce n'est pas pour rien. Les personnes autour de moi m'ont rassuré et m'ont dit : "Ne t'en fais pas." C'était assez stressant, très stressant, même. 

Vous avez aussi écrit que des candidats avaient été enrôlés de force…

Nous avons été un peu pressés par le temps parce qu'il y a eu un changement de direction départementale. Mais là encore, mes propos ont été très mal interprétés. Nous avons manqué de temps, mais je n'ai pas eu la main forcée. J'ai rédigé moi-même le dossier. C'est beaucoup de temps ! Si une personne est forcée, elle ne le fait pas.

Comment ont réagi les électeurs sur le terrain ?

J'ai eu un très bon retour. Les gens ne m'ont presque pas tenu rigueur de cette polémique. Ils trouvaient vraiment dommage qu'on en parle tant alors qu'il y a des choses plus importantes. Si on a parlé de ça, c'est parce que je suis au FN. Mais il était inutile d'en faire tout un fromage.

Vous ne pensez pas avoir été desservi par ce que vous avez écrit ?

Je crois que cela a été atténué. Nous avons tout de même fait de très bons scores, dans la ligne des européennes.

Vous vous sentez compétent, maintenant ?

Oui, je me sens compétent. Ce passage m'a donné encore plus envie d'apprendre, de m'investir. Certes, en économie, par exemple, je ne suis pas très à l'aise, mais j'apprends, je lis beaucoup.