DIRECT. En Seine-Saint-Denis, Valls exhorte la droite à refuser le "ni-ni mortifère"

Score élevé de la droite, premiers élus locaux pour le FN, défaite relative de la gauche, suivez les réactions et analyses après le premier tour des élections départementales. 

Le Premier ministre, Manuel Valls, après l\'annonce des résultats du premier tour des élections départementales, dimanche 22 mars 2015.
Le Premier ministre, Manuel Valls, après l'annonce des résultats du premier tour des élections départementales, dimanche 22 mars 2015. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Quels enseignements tirer du premier tour des élections départementales qui s'est tenu dimanche 22 mars ? Au lendemain de l'élection, francetv info vous donne les derniers résultats officiels et les réactions, ainsi que l'analyse du scrutin. 

 La droite en tête, le PS perd le Nord. Selon les derniers résultats du ministère de l'Intérieur publiés lundi, la droite (UMP, UDI et divers droite) obtient 36,6% au niveau national. Distancée, la gauche (PS, PRG et divers gauche) n'est créditée que de 28,57%. Symboles de cette défaite, le PS a d'ores et déjà perdu le Nord, devrait perdre l'Isère et la Seine-et-Marne. Il se retrouve aussi menacé dans les Pyrénées-Atlantiques, en Indre-et-Loire, en Ille-et-Vilaine, dans le Territoire de Belfort, le Cher... 

 Le FN n'arrive pas en tête, mais il progresse. Annoncé comme la première force politique de France par certains sondages, le Front national réalise un score moins important que prévu, avec 25,24%. Mais comme le démontre la carte éditée par francetv info, le parti de Marine Le Pen continue de convaincre un électorat de plus en plus large, et ce dans de nombreux départements

Quelle position face au FN ? Le "ni-ni" de Nicolas Sarkozy, ni vote FN ni vote PS au second tour quand l'UMP est éliminée, est "une faute morale et politique", accuse Manuel Valls. Il poursuit sa campagne contre le parti de Marine Le Pen et exhorte la droite et le centre à refuser le "ni-ni mortifère"Interrogée sur la stratégie du Front national dans les cantons où il n'est pas présent au second tour, Marine Le Pen a déclaré : "Nous, nous laissons la liberté de vote à nos électeurs".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DEPARTEMENTALES

23h20 : Un choc frontal : dans le canton d'Avignon 3, dans le Vaucluse, le Front national et le Front de gauche s'affrontent au second tour des départementales. Reste à savoir ce que décideront les électeurs de l'UMP. Voici le reportage de France 3.

(FRANCE 3)

23h15 : Depuis toujours l'abstention aux élections locales est forte... Les Français n'ont donc jamais cru en nos pseudo politiques

23h14 : On parle beaucoup des résultats des partis mais pas assez des raisons de l'abstention. Des années de promesses non tenues, des programmes dépassés ou infaisables, une absence de renouvellement des élus et un manque d'explication de l'utilité des élections. Impossible de voir émerger de nouvelles idées et des candidats sans aide des partis majoritaires.

23h13 : Quoiqu'il en soit, je regarde les résultats en Corrèze et mine de rien, ça va pas se jouer à grand chose. Au niveau des blocs, la gauche est au dessus de l'union de la droite (47 % contre 45,03 %) qui ne peut pas vraiment compter sur un report si massif des électeurs FN. Ça devrait se jouer à un ou deux cantons environ...

23h13 : Le PS a limité les dégats avec des alliances mais sinon, c'est la bérézina. Le FN connait un semi-échec car il n'a connu de tsunami mais a remporté des cantons et peut en gagner d'autres.

23h13 : Vous continuez de commenter les résultats du premier tour et à débattre dans les commentaires.

23h08 : "Il y a eu débat sur la bonne stratégie. Aujourd'hui, le débat il est tranché: la bonne stratégie c'est le rassemblement et c'est l'union", assure le maire de Bordeaux, en meeting aux côtés de François Fillon. Candidat à la primaire à droite en vue de la présidentielle en 2017 Alain Juppé avait été hué il y a quatre mois lors d'un meeting de Nicolas Sarkozy dans sa ville : il avait alors parlé du "rassemblement de la droite et du centre" et évoqué "une "primaire ouverte" en vue de la présidentielle 2017.

22h35 : Premier bug dans le front républicain voulu par Manuel Valls. Dans le canton du Cateau dans le Nord, le binôme Divers Gauche/Ps se maintient face à deux binômes droite et extrême droite, alors que la gauche est arrivée troisième, et contre la demande du fédéral PS, Gilles Pargneaux... proche de Martine Aubry...

22h34 : Pas d'accord ! L'UMP a donné une consigne de non-vote : ni l'un, ni l'autre. Eux aussi ne veulent assumer leur responsabilité, certes partagée avec le PS !

22h34 : Avec le "ni-ni", l'Ump semble oublier 2002 ! La gauche a très souvent voté à droite lors de duels ! Monsieur Sarkozy devrait prendre ces responsabilités, à moins qu'il ne soit d'accord avec les idées rétrogrades du FN !

22h31 : Valls prend les gens pour des jambons. Le vote républicain, c'est pour sauver les meubles. Je ne supporte pas les consignes de vote, d'où qu'elles viennent !

22h30 : Pour être franc je ne me rendrais pas aux urnes s'il s'agissait de choisir entre un candidat UMP et FN.Peut être pour un candidat centriste mais le vote républicain pour les candidats UMP non merci....

22h30 : Quand je vais voter je suis non pas les consignes des partis politiques mais ma conviction : je suis une citoyenne responsable et non pas un "toutou".

22h29 : Vous êtes nombreux dans les commentaires à réagir sur les consignes de vote données entre les deux tours des départementales par les partis politiques. Voici quelques uns de vos commentaires.

21h14 : De quelle couleur est la France au lendemain du premier tour de l'élection départementale ? Est-elle rose, bleue ou grise ? Sur les infographies, en fonction de l'échelle adoptée (cantonales ou départementales), les résultats semblent tout autre. Libération vous apporte la preuve par l'image.

21h07 : "Préconiser le 'ni-ni' lorsque le FN est à un tel niveau, c'est une faute politique et morale. Ni les socialistes, ni la gauche, ni le FN, ça revient à dire 'ni la République, ni la République'."

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, en meeting à Poitiers, a fustigé le "ni-ni" prôné par le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy.

20h55 : Nous en discutions il y a quelques minutes : le site qui promet 5 euros aux électeurs FN, est le fruit d'une blague (belge). Le site Nordpresse.be, à l'origine du canular, a reçu plus de 50 000 visites sur la journée. Les farceurs sont submergés de messages, d'insultes et de spams, sur l'adresse mail dédiée. Retrouvez donc notre article, mis à jour, ici.

20h48 : Ma prédiction pour 2017 et 2022 est simple d'après les résultats. Sarkozy sera élu par des électeurs devenus anti-hollande comme ils l'étaient en 2007 en étant anti-sarkozy. En 2022, les français redeviendront anti-sarkozy et voteront pour le FN. En 2027, le FN subira son mauvais bilan et des promesses non tenus ( euro, europe, immigration) et plus jamais on ne parlera du FN. En 2027, on pourra lancer une 6éme république ( mais j'ignore déjà ce que cela sera)

20h48 : Les électeurs sont-ils des girouettes ? Un coup à gauche, un coup à droite... Mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Il faut arrêter de dire que le vote FN est un vote contestataire. C'est surtout une conviction !

20h47 : Pour répondre à un commentaire passé je suis [et ai toujours voté] socialiste sauf lors du duel Chirac Le Pen. Mais jamais non jamais il ne m'arrivera de prendre un bulletin FN pour manifester mon mécontentement actuel de la politique menée. Je n'ai jamais ne serais-ce que toucher un de ces bulletins. Lorsqu'il y a eu des duels avec un FN, j'ai toujours préparé les bulletins chez moi, pas envie de me salir les doigts.

20h46 : Dans les commentaires, vous continuez à débattre du second tour. Où se porteront les voix de ceux dont les candidats ont été éliminés ? A quoi va ressembler le paysage politique à l'avenir ? Voici vos réponses.

20h53 : 56% des Français souhaitent que le Front national sorte "affaibli" des élections départementales. Selon un sondage Ipsos / Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP-Public Sénat, 59% souhaitent l'affaiblissement de l'UMP (et donc 41% son renforcement). Enfin, 69% des personnes interrogées souhaitent voir le PS sortir affaibli de ce scrutin.

20h32 : "On ne peut pas être satisfait parce que la situation du pays est préoccupante. Les électeurs ne se déplacent pas parce qu'ils ont cessé de croire et d'espérer dans la politique."

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a réagi aux résultats des élections départementales sur le plateau de "C à vous", sur France 5. Selon elle, l'abstention reste forte en France. "Il était important que les électeurs fassent leur choix donc nous ne sommes pas satisfaits du fait que l'abstention est encore importante", a argumenté la garde des Sceaux.




Christiane Taubira revient sur les... by C-a-vous


(FRANCE 5 / DAILIMOTION)

20h25 : Cette phrase vient d'être rajoutée, me confirme le journaliste qui a travaillé sur ce sujet. Mais merci de nous alerter, nous sommes en train de faire une mise à jour !

20h25 : Le site votefnetgagne5euros.com est en fait une blague d'un site d'info [parodique] belge (quand on regarde dans "à propos de cette initiative") ;-)

20h15 : @anonyme Dans ce tweet, SOS Racisme interpellait le FN au sujet d'un site baptisé Vote FN et gagne 5 euros. Contacté par francetv info, Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN et ancien avocat, assure que le parti n' a rien à voir avec cette démarche, et prendra "contact avec les auteurs du site (...) pour leur demander d'arrêter ces élucubrations relatives à la procédure de vote". Retrouvez plus de détails sur cette étrange initiative sur notre site.

Un site promet 5 euros aux électeurs du Front national qui enverront une photo de leur vote FN au second tour des départementales. Mais l'initiative a tout l'air d'un canular.

(VOTEFNETGAGNE5EUROS.COM)

20h10 : Le tweet de SOS Racisme, plus de réaction ?

19h50 : Les socialistes sont visiblement désespérés, leur offensive anti "ni-ni" en dit long... Qu'ils assument leur responsabilité dans le score du FN ! Les cadres de l'UMP sont respectueux de leur electeurs en leur reconnaissant la liberté de décider en leur ame et conscience. Bravo !

19h49 : En réponse à @Rastanonymous. Je pense que pas mal de gens qui ont voté pour le FN savent très bien que le programme du FN n'est pas réaliste ou souhaitable mais ils votent surtout pour blesser le PS et l'UMP qui depuis des décennies jouent aux chaises musicales électorales sans vraiment avancer. Le vote FN est un vote non pas d'adhésion pour certain mais une tentative de détruire les autres partis en attendant mieux.

19h48 : Je ne suis à moitié qu'étonné de la remontée de l'UMP car c'est devenu au vote contestataire du ni-PS ni-FN. Par contre, ce qui me surprend c'est un parti en réalité moribond qui est encore bloqué sur l'échec de 2012 et un programme récupéré par défaut celui de 2007. C'est assez inquiétant qu'un parti qui a connu pas mal de crises puisse relever la tête sans s'être renouveler ou avoir fait son bilan.

19h47 : Quand on vote FN c'est qu'on adhère aux idées du FN. C'est trop facile et hypocrite de dire que c'est pour contester les autres partis. La crise aussi a bon dos. Pourquoi en situation de crise, les gens deviendraient t'ils racistes et intolérants ? C'est toujours la faute de l'autre... En fait ces personnes sont racistes c'est tout. Tant mieux finalement ce vote, il révèle le vrai visage de notre France qui a du mal à changer et qui entretient les amalgames. Ce résultat nous fait mieux comprendre le passé.

19h57 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à nous faire part de votre analyse, concernant le score du FN, mais aussi de l'UMP, première formation à l'issue de ce premier tour.

19h45 : Il n'est pas le premier parti de France. A en croire certains sondages, le FN devait arriver en tête au premier tour des départementales. A l'arrivée, le parti de Marine Le Pen récolte 25,24% des voix, derrière l'UMP, à 27,45%. Pourquoi les instituts de sondages se sont-ils trompés ? Voici les explications de notre journaliste Anne Brigaudeau.

19h58 : Le FN n'a pas perdu l'espoir de diriger pour la première fois un exécutif départemental. C'est le cas dans le Vaucluse, le Gard, l'Aisne, l'Oise et le Pas-de-Calais. Nos journalistes Ilan Caro et Mathieu Dehlinger nous présentent les cinq départements que le Front national peut remporter.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, commente les résultats du FN aux élections départementales, le 22 mars 2015, à Nanterre (Hauts-de-Seine).


(KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

19h03 : Le "ni-ni" est absurde. Qui plus est, les voix des électeurs ne nous appartiennent pas ! À Carpentras, comme sur les 3 cantons d'Avignon, nous ne donnons aucune consigne. Les électeurs sont libres.

19h02 : La position de l'UMP avec ce "ni-ni" est ridicule. À un moment, il faut savoir prendre ses responsabilitiés. Le PS l'avait fait en 2002.

18h55 : "Ni-ni", c'est quoi ? On nous prend pour des "nunuches" lol

18h55 : Manuel Valls exhorte la droite et le centre à refuser le "ni-ni mortifère", soit le refus de constituer un front républicain pour empêcher l'élection des binômes présentés par le Front national. Le Premier ministre s'exprime en ce moment au quartier du Pavé Neuf à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), en compagnie du président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone. Le "ni-ni", voilà même qui inspire @anonyme.

18h45 : Arrêter de médire [le FN] c'est le premier parti de France sans alliances obligatoires.

18h44 : Triste France. Peu à peu les lumières s'éteignent et les espoirs d'un avenir solidaire avec elles. Pourquoi les gens ne réalisent pas la supercherie FN ? L'intelligence est elle en voie d'extinction ?

18h44 : Le PS est dans les choux.

18h44 : Avec son "ni-ni", monsieur Sarkosy montre une nouvelle fois que les voix du Front national ne le gênent pas. Pour un républiquain, quelle honte (...).

18h43 : Tout comme les gens ont voté socialiste en mai 2012 par rejet de Sarkozy, ils votent FN contre les socialistes. Leur vote n'est pas une adhésion à des candidats, mais un rejet de qui ne les a pas sortis de la crise malgré les promesses. Ils voulaient donner une leçon en se disant que cela ne peut pas être pire. Et ça a été une erreur de rendre ces élections départementales avec un enjeu national.

18h43 : Dans les commentaires, vous continuez de nous faire part de votre sentiment au lendemain du premier tour des élections départementales.

18h42 : "Le premier tour des élections départementales montre la profonde aspiration des Français à un changement clair." Dans un communiqué, l'UMP remercie ses électeurs, à l'issue de son bureau politique. Sans évoquer le "ni-ni" prôné par Nicolas Sarkozy, le document martèle que "le seul vote qui conduira à l'alternance républicaine est celui qui se portera sur les candidats de la droite républicaine et du centre."

17h51 : Le premier secrétaire fédéral du PS des Bouches-du-Rhône, Jean-David Ciot, appelle les "candidats de gauche au désistement républicain lorsque cela est nécessaire, ou à se mobiliser pour faire barrage à l'extrême droite".

17h29 : Insultes ou ennuis judiciaires avaient entaché la campagne médiatique de certains candidats du Front national. Cela a-t-il refroidi les électeurs ? Tour d'horizon avec notre journaliste Julie Rasplus.


(JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

16h57 : Pendant la campagne, il s'était qualifié d'"incompétent". Aujourd'hui, il est qualifié pour le second tour. Le candidat FN Romain Thomann, qui se présente dans le canton de Colmar-1, s'explique sur Francetv info.

16h31 : Union de la gauche, divers gauche... Comment expliquer cette valse des étiquettes politiques ? Pourquoi les estimations des résultats ont-elles autant varié, entre les instituts de sondage et la nomenclature du ministère de l'Intérieur ? Bref, pourquoi les résultats ont donné l'impression d'un grand bazar ? Francetv info vous explique tout dans cet article.

15h54 : Les tractations en vue du second tour ont commencé. Nicolas Sarkozy vient de rencontrer Jean-Christophe Lagarde, le patron de l'UDI. A la sortie, le président de l'UMP s'est contenté d'un bref "bonsoir" aux journalistes.