Le Livret A engrange encore presque quatre milliards d'euros en mai

Avec la fermeture des commerces non-essentiels pendant plusieurs semaines, les Français ont été nombreux à épargner sur le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), malgré leur rémunération peu attractive.

Le taux de rémunération du Livret A a été abaissé en février de 0,75% à 0,5%, soit un plus bas historique. Mais durant la crise sanitaire, les Français y ont eu souvent recours pour épargner.
Le taux de rémunération du Livret A a été abaissé en février de 0,75% à 0,5%, soit un plus bas historique. Mais durant la crise sanitaire, les Français y ont eu souvent recours pour épargner. (LOIC VENANCE / AFP)

Pendant la crise, certains Français ont joué les écureuils. Le Livret A a encore engrangé presque quatre milliards d'euros d'épargne en mai, après avoir déjà battu des records en avril avec une collecte de plus de cinq milliards, selon des chiffres publiés la Caisse des dépôts, mardi 23 juin.

En mai, la collecte nette réalisée par ce placement – très populaire, défiscalisé et accessible à tout moment – a atteint 3,98 milliards d'euros précisément, un montant record pour ce mois, après 5,5 milliards un mois plus tôt. Le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), qui contribue au financement de l'économie sociale et solidaire, n'a pas non plus été en reste avec une collecte nette de 1,16 milliard d'euros. En avril, il avait enregistré une collecte historiquement élevée de près de deux milliards d'euros.

Epargne forcée et épargne choisie

Au total, la collecte nette totale moissonnée par le Livret A et le LDDS réunis s'est élevée en mai à plus de 5 milliards d'euros. Sur les cinq premiers mois de l'année, elle a atteint déjà plus de 22 milliards d'euros, contre 13,7 milliards sur la même période en 2019. Cette activité très soutenue a porté fin mai l'encours total d'épargne placée sur les deux produits à 433,4 milliards d'euros (316 pour le Livret A).

La rémunération de ces livrets n'est pourtant pas très attractive, puisque le taux de rémunération du Livret A et du LDDS a été abaissé en février de 0,75% à 0,5%, son plus bas niveau historique. Mais les mesures sanitaires mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus ont logiquement freiné la consommation des ménages, puisque les commerces non-essentiels sont restés fermés pendant de longues semaines. Au-delà de cette épargne contrainte, certains ménages inquiets ont également choisir de placer de l'argent, sans que l'on puisse mesurer les motivations des uns et des autres.