L'Etat lance le chantier d'un grand pôle financier public chapeauté par La Poste

La Poste, en plus de ses activités bancaires, va devenir un grand pôle public d'assurance, en absorbant CNP Assurances.

Une agence de la Banque postale, en avril 2018.
Une agence de la Banque postale, en avril 2018. (JEAN-LUC FLEMAL / BELGA MAG / AFP)

C'est un serpent de mer en passe de devenir réalité : le gouvernement va lancer le chantier d'un grand pôle public de banque et d'assurance, en rapprochant les géants CNP Assurances et La Banque Postale. Selon trois sources concordantes citées par l'AFP, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire va présenter, jeudi 30 août, les modalités de ce mariage, qui nécessitera au préalable le dépôt d'un amendement dans le cadre de la future loi Pacte, pour déverrouiller le capital du groupe La Poste.

Au plus tôt fin 2019

Dans le détail, la Caisse des dépôts, actionnaire de La Poste à hauteur de 26% depuis 2011, deviendra majoritaire au capital du groupe en mettant la main sur une partie des parts détenues par l'Etat français, via l'Agence des participations, selon l'AFP. En retour, la Caisse des dépôts apportera à La Poste sa participation d'environ 40% dans CNP Assurances. Le groupe "La Poste restera à 100% public, puisque les actionnaires de La Poste seront l'Etat et la Caisse des dépôts", a précisé une source proche du dossier, précisant que "l'Etat restera au capital de la Poste".

Il s'agit, selon Le Monde, de "tenter diassurer un avenir à La Poste, menacée par la disparition du courrier, en créant un pôle financier public autour de l’opérateur postal"Si elle aboutit, cette opération ne pourra se faire qu'après la promulgation de la loi Pacte et au plus tôt à la fin 2019, date d'expiration du pacte d'actionnaires de CNP Assurances conclu entre l'Etat, la Caisse des dépôts, BPCE et La Banque Postale.