Étudiants : le casse-tête du budget

Près d'un étudiant sur deux doit travailler pour payer ses études.

France 2

Elle a choisi de devenir kinésithérapeute, lui se spécialise en sciences politiques. Deux jeunes qui travaillent pour financer leurs études. Kiné, une vocation pour Johanne, 19 ans, étudiante en première année à Marseille. Pour sa rentrée, elle a dû s'équiper. Au total, 200 euros de fournitures. Mais le plus cher, ce sont les frais d'inscription, 4 000 euros l'année. En plus, elle finance ses dépenses quotidiennes et continue à travailler. Son salaire est de 400 euros par mois pour douze heures par semaine dans un restaurant. Bilan : 400 euros de salaire moins 250 euros de loyer, il lui reste 150 euros par mois.

Privé de sorties

Pour certains étudiants, le manque de moyens est pesant. Cyril, 25 ans, est étudiant en sciences politiques à Lyon. Les cours ont repris, mais il n'a toujours pas payé les frais d'inscription, 400 euros l'année. Il travaille dans la fac pour la coopérative étudiante, il touche 470 euros par mois, un revenu indispensable. Il doit financer son studio à Lyon. Grâce aux aides au logement, son studio ne lui coûte que 290 euros par mois. Pour vivre, il lui reste 190 euros chaque mois. Insuffisant selon lui, il se prive souvent de sorties.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
La moitié des personnes interrogées dans le sondage CSA publié le 15 septembre 2014 piochent dans leur épargne quand leur porte-monnaie est vide.
La moitié des personnes interrogées dans le sondage CSA publié le 15 septembre 2014 piochent dans leur épargne quand leur porte-monnaie est vide. (GARO / PHANIE / AFP)