Vidéo Déconfinement : activité partielle, intermittents, Elisabeth Borne annonce la prolongation des aides

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Jusqu'à fin juin, l'Etat prend en charge "à 100% l'activité partielle pour les secteurs protégés", annonce la ministre du Travail. Elisabeth Borne déclare aussi que l'aide de 900 euros pour les demandeurs d'emploi qui n'ont pas pu recharger leurs droits l'an dernier "sera prolongée jusqu'à la fin août".

"Jusqu'à fin juin, on continuera à prendre en charge à 100% l'activité partielle pour ce qu'on appelle les secteurs protégés, hôtellerie, restauration, salle de sport, lieux culturels" a notamment annoncé Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, mercredi 12 mai sur franceinfo.

>> INFOGRAPHIES. Restaurants, cinémas, salles de sport... Découvrez le calendrier de déconfinement dévoilé par l'exécutif

"Ensuite on aura une étape au mois de juillet où l'on passera à 15% de reste à charge pour l'entreprise, puis 25% au mois d'août, avant de revenir aux conditions de droit commun à la rentrée", a-t-elle précisé. "Pour les secteurs qui resteraient fermés, on continuera à prendre en charge à 100% et aussi pour ceux qui restent avec une baisse de chiffre d'affaires de 80% ou plus. Dans les autres secteurs il y a déjà un reste à charge de 15%, on a prévu un palier à 25% au moins de juin avant de passer à 40% en juillet."

L'aide exceptionnelle créée en novembre pour garantir un revenu mensuel de 900 euros net aux travailleurs précaires, "qui concerne plus de 600 000 demandeurs d'emploi va être prolongée jusqu'à la fin août", a annoncé la ministre. "C'est une aide très importante qui permet à ceux qui avant la crise alternaient des contrats courts ou des contrats saisonniers qui n'ont pas pu travailler en 2020 et recharger leurs droits d'avoir l'assurance de toucher 900 euros minimum par mois."

Des dérogations au niveau local pour l'ouverture des commerces le dimanche

Concernant l'ouverture des commerces le dimanche, Elisabeth Borne estime qu'il faut "trouver le bon équilibre" pour "aussi protéger les droits des salariés. On a mis en place une solution équilibrée, il ne va pas y avoir une décision nationale prise depuis Paris sur cette réouverture. Ce sont des concertations qui vont avoir lieu localement, menées par les préfets, avec les élus, les organisations patronales et syndicales pour permettre des dérogations exceptionnelles. Si c'est le résultat de la concertation, j'ai demandé aux préfets de prévoir des dérogations jusqu'à la fin juin", a expliqué Mme Borne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.