Covid-19 : l'activité partielle ouverte aux saisonniers jusqu'à fin juin, annonce le ministère du Travail

Le dispositif avait été activé pour les travailleurs saisonniers des stations de montagne, permettant de "limiter l'effondrement des embauches".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre Elisabeth Borne quitte le palais de l'Elysée à Paris, le 31 mars 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Pour faire face à la crise sanitaire, les entreprises employant des "travailleurs saisonniers récurrents" pourront les placer en chômage partiel et bénéficier des aides afférentes jusqu'à la fin du mois de juin, a annoncé mardi 13 avril le ministère du Travail. La mesure concerne entre 100 000 et 150 000 travailleurs saisonniers. L'objectif est de permettre aux entreprises de "recourir à l'activité partielle pour les contrats saisonniers si le niveau d'activité se situait à un niveau inférieur à celui attendu" et donc de les encourager à embaucher.

Le dispositif avait été activé pour les travailleurs saisonniers des stations de montagne, permettant de "limiter l'effondrement des embauches, malgré la fermeture des remontées mécaniques sur l'ensemble de la saison". "En moyenne, entre décembre 2020 et février 2021, 28 000 personnes étaient en contrat saisonnier chaque mois. 56% d'entre elles ont été placées en activité partielle", détaille le ministère.

La recours à l'activité partielle sera autorisé pour les travailleurs saisonniers disposant "soit d'un contrat de travail renouvelé au titre de l'obligation de renouvellement prévue par une convention collective et/ou dans une clause de leur contrat de travail" et ayant travaillé pour le même employeur l'année dernière, "soit d'un renouvellement tacite d'un contrat saisonnier pour la même période, matérialisé par l'existence d'au moins deux contrats successifs". Le dispositif d'activité partielle prévoit alors une prise en charge à 100% par la solidarité nationale de la rémunération versée aux salariés en chômage partiel dans les secteurs protégés (tourisme, culture, sport...), avec donc un reste à charge nul pour les entreprises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.