VIDEO. Violences dans les transports en commun : des chauffeurs de bus témoignent

Les chauffeurs de bus sont les cibles fréquentes d'agressions verbales et physiques. France 2 a recueilli plusieurs témoignages.

France 2

Un retard, une porte qui se bloque... : aux heures de pointe, les chauffeurs de bus savent que le moindre événement peut déclencher un incident, et sont en première ligne face aux insultes et aux incivilités, voire aux agressions. Un rapport confidentiel de la RATP, révélé vendredi 21 septembre par France 2, pointe une augmentation de 24% des atteintes physiques contre les agents de la RATP. France 2 a recueilli le témoignage de chauffeurs sur cette menace du quotidien.

Des mesures de protection pour les chauffeurs

Ainsi, Cemil Kaygisi, chauffeur de bus à Paris depuis quinze ans, se sent en permanence sous tension : "Il y a énormément de choses qui jouent contre le chauffeur", explique-t-il. "Et comme on est seul, il faut qu'on gère tout ça".

En treize ans de conduite, Yann François s'est souvent retrouvé seul face à des passagers agressifs. Un jour, alors qu'il il demande à un jeune homme de valider son ticket, les insultes fusent : "Il m'a insulté et a craché sur mon bus", affirme-t-il. Durant six mois, l'adolescent lui crache dessus à chaque fois qu'il le croise. Malgré les mesures de protection prises par la RATP, il a renoncé à conduire un bus.

À Marseille (Bouches-du-Rhône), la régie de transport a aussi dû protéger ses chauffeurs à l'aide de caméras de surveillance et et de vitres anti-agression. Selon la direction, les caméras ont permis de faire baisser les incivilités, notamment les dégradations dans les bus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le syndicat CGT-RATP veut alerter sur les conditions de travail des agents. (illustration)
Le syndicat CGT-RATP veut alerter sur les conditions de travail des agents. (illustration) (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)