Vers une déconstruction sur place du cargo échoué sur une plage du Morbihan

Même si aucune décision n’a été prise pour l’instant, les experts penchent pour un démantèlement sur place du cargo maltais échoué sur une plage du Morbihan.Mais il faudra auparavant pomper tout le carburant qui se trouve dans le réservoir du navire.

(Mikaël Roparz Radio France)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La houle, les rouleaux abiment un peu plus chaque jour le cargo.
Ce qui éloigne l’option d’un remorquage.
Selon le porte-parole de la préfecture maritime de l'Atlantique, Marc Gander, "des trous et des fissures énormes " y ont été repérés. En conséquence, "vraisemblablement, le navire va être déconstruit ".
Déjà vendredi, la ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait indiqué qu’on allait surement devoir "le déconstruire sur place ".

Ce navire doit être "déconstruit sur place rapidement" . "Il ne faut pas qu’il reprenne la mer" , explique pour sa part Jean-Paul Hellequin, de l’association de défense de la mer Mor Glaz.

Mais avant d’en arriver là, les experts attendent "la fin des opérations de pompage pour faire un bilan ", évaluer à nouveau "l'état de la coque et de la structure du bateau " et déterminer définitivement s'il "est capable d'être remorqué " ou non, a souligné Marc Gander de la préfecture maritime à Brest.

Si la déconstruction de ce navire de 109 mètres de long l'emporte "ce sera un chantier énorme et qui demandera des moyens considérables ", a précisé Marc Gander.
Une opération comme celle là avait déjà été menée en 2006 sur le Rokia Delmas. Le porte-conteneurs, battant pavillon panaméen, s’était échoué au large de l’île de Ré.