Automatisation de la circulation différenciée à Paris : "C'est une très bonne nouvelle, on l'attendait depuis des années"

Olivier Blond, de l'association Respire, salue la décision du gouvernement de rendre automatique la circulation différenciée en cas de pic de pollution aux particules fines, tout en réclamant des mesures plus ambitieuses en amont pour éviter la pollution.

Vue d\'embouteillages à Paris, le 16 février 2019 (illustration).
Vue d'embouteillages à Paris, le 16 février 2019 (illustration). (VINCENT ISORE / MAXPPP)

La mairie de Paris a demandé à la préfecture de police de mettre en place la circulation différenciée mercredi en raison de la canicule. Ce dispositif sera d'ailleurs désormais déclenché automatiquement quand le seuil d'alerte à la pollution aux particules fines sera atteint. "C'est une très bonne nouvelle, on l'attendait depuis des années", a réagi mardi 25 juin sur franceinfo Olivier Blond, président de l’association Respire.

>> DIRECT. Canicule : Lyon, Grenoble et plusieurs départements du sud-est en alerte à la pollution

franceinfo : que pensez-vous de cette simplification de la mise en place de la circulation différenciée ?

Olivier Blond : C'est une très bonne nouvelle, on l'attendait depuis des années. Les associations, la mairie de Paris et certains partis politiques demandaient cette automatisation du processus pour remplacer une situation ubuesque. Il y avait un pic de pollution, le préfet se réunissait avec ses collègues, ils réfléchissaient pour prendre une décision, ils se réunissaient à nouveau le lendemain, ils rediscutaient et puis rien ne se passait. C'était très long.

Dans quel cas cela s'applique-t-il ?

D'après ce que j'ai compris, la circulation différenciée ne concerne que les pics de particules. Or, si la situation continue de se dégrader on va avoir un pic d'ozone. Ce n'est pas une particule et donc de manière étonnante, la décision n'impacte pas ce qu'il va se passer dans les jours prochains.

Vous souhaitez que cela soit élargi à tous les types de pollution ?

Oui, tous les types de pollution. Ceux dûs aux gaz et ceux dûs aux particules. Je pense que le gouvernement veut d'abord tester le dispositif pour voir si ça marche, pour l'étendre après aux gaz et aux autres régions de France. On pourrait mettre en place la circulation différenciée avant pour éviter les pics de pollution. Le problème de ces pics, c'est qu'ils sont néfastes, donc évitons-les. Pour y arriver, il faudrait des mesures un peu plus ambitieuses.

La circulation différenciée fait-elle vraiment baisser la pollution ?

Il y a des études qui montrent que cela a un effet réel, mais cela reste mesuré. Il faut bien se dire que l'effet de la pollution ne va pas être résolu avec la circulation alternée, comme la canicule ne va pas être résolue en donnant des verres d'eau aux gens qui ont soif. C'est un problème au long cours. Ce ne sont pas trois jours de cette mesure qui vont le régler.