Un an après... les portiques SNCF

Après le choc des attentats de novembre et de l'attaque du Thalys, les contrôles ont été renforcés dans les gares. Il avait été question aussi de portiques. Un an après, c'est loin d'être le cas.

France 3

Ségolène Royal l'avait promis : des portiques de sécurité seront installés dans toutes les gares après les attentats de Paris en novembre. Le 20 décembre 2015, les passagers du Thalys au départ de Lille et de Paris sont les premiers à passer sous les portiques. En janvier, la France tente alors d'entraîner dans cette démarche les autres pays traversés par le Thalys. Fin mars, la SNCF s'aperçoit que ces portiques coûtent trop cher : 2,5 millions d'euros par an et par quai. Impossible de les déployer dans toute la France. En plus, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne refusent de les mettre en place dans les gares du Thalys.

Portiques démontés à Nice

Il faut trouver d'autres solutions. Le 3 avril, la SNCF teste des portillons de contrôle des billets. Elle développe aussi des caméras capables de repérer les comportements et les colis suspects. Le 10 mai, le président de la région PACA Christian Estrosi annonce que lui aussi teste les portiques de sécurité. Mi-novembre, les fameux portiques ont été démontés en catimini. Un an après, la SNCF tente de trouver des équipements moins chers que les portiques-scanner. Les portillons antifraude équipés de caméras intelligentes pourraient être la solution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un passager passe un portique de sécurité à l\'aéroport JFK de New York (Etats-Unis), le 29 février 2012.
Un passager passe un portique de sécurité à l'aéroport JFK de New York (Etats-Unis), le 29 février 2012. (ANDREW BURTON / REUTERS)