SNCF : des contrôles plus sévères

La fraude coûterait 300 millions d'euros à la SNCF, d'après ses estimations. Les contrôles vont donc être renforcés et les amendes de plus en plus élevées.

FRANCE 3

Moins de tolérance et des amendes de plus en plus élevées, c'est le plan de la SNCF pour lutter contre la fraude, qui lui coûterait chaque année 300 millions d'euros. "Je ne prends pas souvent le train, mais je suis toujours contrôlée quand je le prends", souligne une utilisatrice, preuve de la présence assidue des contrôleurs. Avec la nouvelle grille tarifaire, il ne sera plus possible d'acheter dans le train un billet au prix du guichet.

Des amendes plus élevées

Sur un trajet La Rochelle-Paris, un billet en seconde classe coûte par exemple 86 € au guichet. À bord du train, il coûtera désormais 120 € et un voyageur contrôlé sans billet devra payer 160 €. Des sommes importantes, trop élevées selon certains syndicalistes. "Ça va amener des conflits à bord des trains", explique Stéphane Vardon, contrôleur SNCF et délégué syndical. La direction, elle, assume sa politique. Selon la SNCF, la fraude est aujourd'hui en baisse, mais la contestation des amendes est en forte augmentation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une contrôleuse a été agressée, dans la soirée du jeudi 7 décembre 2017, dans un TER à Uckange (Moselle). (Photo d\'illustration)
Une contrôleuse a été agressée, dans la soirée du jeudi 7 décembre 2017, dans un TER à Uckange (Moselle). (Photo d'illustration) (PHILIPPE HUGUEN / AFP)