La SNCF a mené une opération anti-fraude de grande envergure à Paris

Près de 550 agents ont été déployés dans six gares parisiennes, mardi après-midi.

Des agents de sûreté de la SNCF à la gare du Nord, à Paris, le 23 octobre 2018.
Des agents de sûreté de la SNCF à la gare du Nord, à Paris, le 23 octobre 2018. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

La SNCF a mené, mardi 23 octobre, une vaste opération anti-fraude dans les six grandes gares parisiennes, une opération de grande envergure durant laquelle près de 550 agents, appuyés par la police et les douanes, ont été déployés. Ils devaient bloquer tous les accès aux quais des trains de banlieue entre 15 heures et 18 heures.

Ce genre d'opérations est menée toute l'année par la SNCF, "mais celle-ci était médiatique et exceptionnelle car toutes les gares parisiennes étaient concernées", précise la compagnie à franceinfo. "Nous évaluons le coût de la fraude à 63 millions d'euros chaque année, soit l'équivalent de six rames neuves", avait affirmé à L'Express Alain Krakovitch, le patron de la SNCF en Ile-de-France.

Plus de 45 000 euros récoltés

Le responsable précise que la SNCF a mis en place des brigades spécifiques dans la région, composées de 700 personnes, pour lutter contre la fraude. En revanche, les fraudeurs contrôlés ne paient pas toujours les amendes. "Certains fraudeurs se contentent de nous donner de faux numéros et de fausses adresses, si bien que le taux de recouvrement atteint à peine 13%", regrette-t-il.

En début de soirée, la SNCF a communiqué le bilan de l'opération : 3 307 procès-verbaux ont été dressés, pour un encaissement direct de 45 542 euros. "Un résultat aussi inédit que fut l'opération", commente-t-on du côté de l'entreprise.