SNCF : clichés et idées reçues autour du statut des cheminots

Amélie Récolet, chef de bord à la SNCF, revient sur les différents clichés qui entourent le statut des cheminots.

Voir la vidéo
France info

Sur Twitter, Amélie Récolet, chef de bord à la SNCF, combat les clichés sur les cheminots. Pour Franceinfo, elle revient sur les principales idées reçues concernant les employés de la compagnie ferroviaire. Tout d'abord, les cheminots seraient "toujours en grève". "Ce cliché est faux, les agents SNCF sont en grève quand il faut lutter. Je rappelle que nous ne sommes pas payés quand nous sommes grévistes."

De trop nombreux avantages ?

Il est également incorrect de penser que les familles des cheminots voyagent gratuitement. Selon Amélie Récolet : "Les réductions sont limitées aux ascendants (à hauteur de 4 voyages par an), aux conjoints et aux enfants (jusqu'à un certain âge)". Concernant les privilèges du statut de cheminots, elle explique : "La prime charbon n'existe plus depuis les années 1970. Nous n'avons pas 150 jours de congé, j'ai personnellement 28 congés payés par an et 10 RTT du fait de mes horaires. Nous ne pouvons pas partir à la retraite à 52 ans comme c'est indiqué. C'est possible, mais avec une retraite largement amoindrie, très peu de cheminots font ce choix." Enfin, les cheminots sont-ils payés à "pousser des manettes" ? "Les cheminots ont énormément de choses à savoir et doivent faire preuve d'une concentration extrême pendant toute la durée des trajets" explique la chef de bord, espérant que le tir est cette fois rectifié.

Un TGV à la gare de Lyon, à Paris, le 15 février 2018.
Un TGV à la gare de Lyon, à Paris, le 15 février 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)