Cet article date de plus d'un an.

RATP-SNCF : l'Île-de-France ne veut plus payer

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
RATP-SNCF : l'Île-de-France ne veut plus payer
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Les caisses sont vides, c'est ce qu'annonce Île-de-France Mobilités, l'organisme qui finance la RATP mais aussi la SNCF Île-de-France. Valérie Pécresse, la présidente de la région, a confirmé qu'elle ne pourrait plus payer.

Après trois mois sans voyageur ou presque, la facture est colossale. Dans le détail, 1,6 milliard d'euros de pertes de billetterie et 1 milliard d'euros normalement versés par les entreprises d'Île-de-France sont à déplorer. L'Etat a annoncé une aide de 425 millions d'euros. Une somme insuffisante pour Île-de-France Mobilités, qui devrait décider d'arrêter ses versements mensuels à la SNCF et la RATP. "Rien que pour l'Île-de-France, le trou dans les recettes, c'est 2 milliards et demi. Il n'est pas question de faire un 'impôt Covid' ce serait profondément injuste pour les voyageurs", affirme Valérie Pécresse.

Quelles conséquences pour les voyageurs ?

Si la SNCF se refuse à tout commentaire pour le moment, la RATP affirme qu'elle peut maintenir ses services de bus et de métro au moins jusqu'en juillet. De son côté, Île-de-France Mobilités exclut d'augmenter le prix du Passe Navigo. Une concertation entre les différents acteurs devrait se tenir dans les prochains jours pour tenter de trouver une solution.


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.