Montpellier : le fiasco de la nouvelle gare

La seconde gare TGV de Montpellier (Hérault) est décrite comme un véritable fiasco par les usagers. Ils dénoncent une dépense inutile d'argent public. Ouverte le 7 juillet dernier, la gare est à 6 km du centre-ville, et seulement huit trains s'y arrêtent chaque jour.

Voir la vidéo

Montpellier (Hérault) à trois heures de Paris en train : c'était la promesse de la SNCF. 20 minutes de moins que lorsqu'on arrive à la gare historique Saint-Roch, en centre-ville. Mais pour ça, il faut passer par la toute nouvelle gare, à 6 km à peine de la ville, mais au milieu de nulle part. "C'est la surprise. On ne savait pas qu'on allait arriver à Montpellier-sud", raconte un voyageur. Les correspondances elles, sont devenues sportives. Cette gare fantôme a ouvert aux passagers il y a deux mois, et accueille huit trains par jour.

Un coût de 135 millions d'euros

Depuis le début du projet, des associations d'usagers jugent la gare isolée et mal desservie. "Pour venir à cette gare, il faudrait prolonger la ligne de tram. Cette ligne va coûter 40 000 €", déplore Jean-Claude Favier, de l'association "Attac 34". Cette nouvelle gare a coûté 135 millions d'euros et les agents regrettent, dans cet espace du futur, l'absence criante de services. La direction de la SNCF n'a pas souhaité répondre aux journalistes de France 2. Elle précise simplement que la gare est construite pour durer. Elle devrait progressivement monter en puissance, avec notamment la nouvelle gare de Nîmes en 2020 et l'arrivée du tram prévue en 2022.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV, illustration.
Un TGV, illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)