Les 4 Vérités - Notre-Dame-des-Landes : une centaine de personnes visée par l'évacuation de la ZAD

Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, est l'invité des "4 Vérités" de France 2 ce lundi 9 avril.

France 2

L'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes a débuté ce lundi matin avec 2 500 gendarmes mobiles près de trois mois après l'abandon du projet d'aéroport. "Une quarantaine de squats ou édifices précaires sont visés, ce qui représente une centaine de personnes", affirme Sébastien Lecornu dans "Les 4 Vérités" ce lundi matin.

"Le tri est assez simple. Il y a ceux qui ont quelque chose à y faire sur ces terres, ceux qui portent un projet agricole dans le cadre de l'État de droit. Ceux qui n'ont rien à y faire, qui ne s'inscrivent pas dans ce cadre, souvent parce qu'ils sont violents, délinquants, n'ont pas vocation à rester", précise le secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique.

"On assume le retour à l'État de droit"

Le "retour de l'État de droit à Notre-Dame-des-Landes, cela fait plus de dix ans qu'on attend cela", rappelle-t-il. "On assume le retour à l'État de droit, celles et ceux qui s'inscriront dans la violence devront en répondre devant la justice", ajoute le secrétaire d'État. "Les personnes qui sont expulsées ne sont pas des délinquants. S'ils quittent d'eux-mêmes la zone, ils n'ont pas vocation à être arrêtés. Ceux qui seront violents auront vocation à répondre de leurs actes devant la justice", insiste-t-il.

"On est sur un bocage qui a toujours été agricole. Après les opérations d'évacuation, nous allons pouvoir nous pencher à l'écriture d'un projet nouveau, organisé autour de la transition énergétique, de l'agroécologie", explique Sébastien Lecornu.

Le secrétaire d\'Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, le 30 janvier 2018.
Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, le 30 janvier 2018. (AFP)