Cet article date de plus d'un an.

La région Grand Est va ouvrir des lignes ferroviaires franco-allemandes à la concurrence

C'est une "première en France pour le transfrontalier", a souligné auprès de l'AFP Jean Rottner, président (LR) du conseil régional.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un train en gare de Colmar (Haut-Rhin), le 4 mars 2018. (MAXPPP)

La région Grand Est va ouvrir à la concurrence des lignes ferroviaires transfrontalières vers l'Allemagne pour une prise d'effet dans trois ans, a appris l'AFP vendredi 17 décembre auprès de la collectivité. C'est une "première en France pour le transfrontalier", a souligné auprès de l'AFP Jean Rottner, président (LR) du conseil régional. La région prévoit de démarrer l'exploitation le 8 décembre 2024, après l'avis d'appel à concurrence qu'elle publiera à la fin de ce mois en commun avec trois Länder, en vue de désigner les lauréats mi-2023.

> > Prix, gares, confort… Cinq questions sur Trenitalia, le premier concurrent du TGV en France qui sera sur les rails à partir de samedi

Dans sa séance plénière en visioconférence, le conseil régional a voté l'engagement de la procédure pour l'exploitation de sept liaisons représentant un total de 525 kilomètres au départ de Metz (Moselle), Strasbourg (Bas-Rhin) et Mulhouse (Haut-Rhin) vers les villes allemandes frontalières de Trèves, Sarrebruck, Neustadt, Karlsruhe, Offenbourg et Müllheim, situées dans les Länder de Rhénanie-Palatinat, de Sarre et du Bade-Wurtemberg.

Une offre multipliée par deux, selon le Conseil régional

D'une durée de quinze ans, le marché est divisé en deux lots, un au départ de Metz et un au départ de l'Alsace, pour un volume d'exploitation évalué à 6,4 millions de train-kilomètres* par an, dont deux tiers en territoire français. Selon l'exécutif de la région, ces lignes représentent un potentiel de développement aujourd'hui sous-utilisé par la SNCF.

Le marché, qui inclut la reprise du personnel SNCF, sera ouvert à "tout opérateur, français, allemand ou autre", a ajouté David Valence, vice-président de la région aux Transports, lors d'un point presse préalable mercredi.

Selon David Valence et Evelyne Isinger, conseillère régionale déléguée aux mobilités transfrontalières, l'ouverture multipliera l'offre par deux à quatre selon les tronçons, en réponse à une "forte demande", et elle "la créera même" sur les lignes Metz-Trèves et Strasbourg-Karlsruhe, "qui passeront de zéro train en semaine à respectivement 8 et 17 allers-retours par jour".

* Unité de mesure équivalent au trajet d'un train sur une distance d'un kilomètre

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.