Justice : possible mise en examen de la SNCF pour un déraillement mortel

La SNCF et sa filiale Systra ont été convoquées par la justice. Elles devraient être mises en examen dans l'affaire du déraillement qui avait fait 11 morts et 42 blessés en Alsace en 2015.

france 3

Le 11 novembre 2015, la rame 744 du TGV-Est est lancé à très grande vitesse, à plus de 350 km/h. Dans la motrice avant, six employés de la SNCF et de Systra sont présents, malgré un écriteau qui spécifie un nombre maximal de quatre personnes admises. L'auteur d'une vidéo de ce moment est parmi eux et décèdera trois jours plus tard.

100 km/h au-dessus de la vitesse requise

À bord ce jour-là, l'ambiance est plutôt décontractée, même si l'équipe semble préoccupée. Elle doit éprouver la voie en roulant en survitesse. Elle doit aussi réussir à réaliser une série de freinages pour aborder un passage délicat : le pont d'Eckwersheim (Bas-Rhin). Personne dans la cabine ne semble vraiment savoir où doit débuter ce freinage. Trois jours plus tard, le retard de freinage sera fatal. La même équipe de conduite aborde le virage près de 100 km/h au-dessus de la vitesse requise. La rame déraille avant de s'écraser en contrebas : 11 morts et 42 blessés. La SNCF et Systra devraient être mis en examen.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV à l\'arrêt, le 3 décembre 2017 à la gare Montparnasse.
Un TGV à l'arrêt, le 3 décembre 2017 à la gare Montparnasse. (MARTIN BUREAU / AFP)