Grèves : les transports franciliens constamment bondés

Après une semaine de grèves contre la réforme des retraites, la tension est de plus en plus palpable dans les transports.

France 3

Les trains sont bondés et arrivent au compte-goutte. C'est le quotidien des Franciliens depuis le jeudi 5 décembre. De longues minutes d'attente au milieu d'une foule dense et silencieuse : il s'agit maintenant d'une habitude pour un agent d'un service courrier qui travaille à la Défense. Une file d'attente qu'il compare désormais à celle d'un parc d'attractions. "Ça fait un peu comme si on allait à Space Mountain sauf que c'est juste pour aller au boulot", explique Antoine Woitier.

Il arrive avec près d'une heure de retard au travail

Pour une femme enceinte de cinq mois, aller au travail tous les jours est une épreuve depuis le début de la grève. Mais elle n'a pas d'autre choix. Et jeudi 12 décembre, elle patientera plus de 20 minutes debout avant de pouvoir enfin monter dans une rame déjà bondée. "Les gens ne voient pas forcément que je suis enceinte donc ils bousculent et on est serré comme des sardines", souligne Manitara Rabetokotany. Un autre Francilien, parti de l'Est de Paris à 5 heures du matin, arrivera finalement au travail en Seine-Saint-Denis avec près d'une heure de retard.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans une station de métro de la ligne 1 à Paris, le 12 décembre 2019, en pleine grève contre la réforme des retraites. 
Dans une station de métro de la ligne 1 à Paris, le 12 décembre 2019, en pleine grève contre la réforme des retraites.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)