Réforme des retraites : Édouard Philippe est "le seul responsable" des blocages pour Alexis Corbière

Le député de La France insoumise a dénoncé une "une attitude de pourrissement de la part du gouvernement".

Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, mardi 30 juillet sur franceinfo. Illustration.
Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, mardi 30 juillet sur franceinfo. Illustration. (CAPTURE D'ECRAN/ FRANCEINFO/ RADIO FRANCE)

"Pour quelle raison Édouard Philippe s’entête ?", s’interroge Alexis Corbière, le député La France insoumise à franceinfo vendredi 20 décembre. Le Premier ministre a reçu les différentes organisations syndicales pour tenter de trouver une porte de sortie sur la réforme des retraites. Aucun consensus n'est ressorti de cette réunion multilatérale organisé à Matignon. Édouard Philippe a affirmé que "des avancées sont actées" mais les syndicats ont jugé ces "ouvertures" insuffisantes.

>> Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

"C’est Édouard Philippe qui bloque le pays. C’est le seul responsable", dénonce Alexis Corbière. "Il ne voit pas qu’il est en train de gêner les vacances des gens ? D’où vient cette absence de raison d’un gouvernement qui est dur ?", a continué le député de Seine-Saint-Denis.

"Un gouvernement sectaire"

Alexis Corbière dénonce "une attitude de pourrissement de la part du gouvernement. Cela fait des mois qu’on a un gouvernement sectaire, rigide, comme il l’a été sur l’assurance chômage, comme il l’a été sur le code du travail". La journée de jeudi a également été marquée par la décision de l’Unsa-ferroviaire d’appeler à une trêve dans la grève à Noel, ce qu’Alexis Corbière analyse comme "des questions d’organisation. Même l’Unsa dit qu’il faut continuer la grève un peu plus tard".

Interrogé sur les coupures de courant revendiquées par la CGT-Energie. Alexis Corbière s'est déclaré "du côté des grévistes". "C’est un mode d’action qui est très déterminé" poursuit le député qui estime qu'il y a "une forte exaspération […] qui font monter la pression des mobilisations. Et moi je comprends ça".