La grève SNCF, une aubaine pour les cars et le covoiturage

Les usagers du train doivent changer leurs habitudes pendant la grève et utiliser le car, l'avion ou le covoiturage. Un véritable casse-tête organisationnel.

Voir la vidéo
France 3

À la gare routière de Paris-Bercy ce lundi 2 avril, de nombreux voyageurs se sont précipités sur les cars. Avec 60% de fréquentation supplémentaire, les prix ont augmenté sur les lignes desservies. Mais les demandes continuent d'affluer en période de grève à la SNCF. Les compagnies de bus vont faire circuler plus de véhicules que d'habitude mardi.

Inflation des prix

Pour pouvoir se rendre au travail, des voyageurs choisissent la location de voiture. Cela a coûté 200 euros à une victime de la grève, mais elle en récupérera 90 en partageant son véhicule. Tout le monde n'a pas eu la chance de trouver une place en covoiturage. "En temps normal, ça représente 4 000 rames de TGV par mois le transport par covoiturage. On s'attend à ce que ça double", commente Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar. Quand il n'y a plus ni train ni voiture, reste l'avion, pour ceux qui en ont les moyens.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"cars Macron\" à la gare routière de la Porte Maillot à Paris, en septembre 2016. Image d\'illustration.
Des "cars Macron" à la gare routière de la Porte Maillot à Paris, en septembre 2016. Image d'illustration. (MAXPPP)