REPLAY. Réforme de la SNCF : "L'objectif est de sauver le service public ferroviaire", selon le Premier ministre, Edouard Philippe

Le chef du gouvernement était l'invité du "20 heures" de France 2, lundi soir. La CGT-Cheminots se dit déjà prête à mener "un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement".

Cette vidéo n'est plus disponible
Ce qu'il faut savoir

La bataille du rail commence. Sur le plateau du "20 heures" de France 2, lundi 26 février, Edouard Philippe a de nouveau défendu son choix de recourir aux ordonnances pour réformer la SNCF. De leur côté, les syndicats sont prêts au bras de fer avec l'exécutif. La CGT-Cheminots envisage de mener "un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement". Et la CFDT propose une "grève reconductible à partir du 14 mars". Suivez notre direct.

"Sauver le service public ferroviaire". Sur le plateau du "20 heures" d'Anne-Sophie Lapix, le Premier ministre a redit que le recours aux ordonnances allait permettre "d'éviter l'enlisement."  L'objectif, dit-il, "c'est de sauver le service public ferroviaire." Avant de déclarer qu'il ne se "situe pas dans une logique de guerre ou de bras de fer."

"Un mois de grève". Les syndicats n'ont pas attendu les explications d'Edouard Philippe pour brandir la menace de la grève. La CGT-Cheminots se dit prête à mener "un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement". De son côté, la CFDT propose une "grève reconductible à partir du 14 mars."

Recours aux ordonnances. Le chef du gouvernement estime que le recours aux ordonnances lors de la réforme du Code du travail a "prouvé que cette méthode ne confisquait aucunement le dialogue".

"Un problème de méthode et un problème de fond." Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, a tenu ces propos, lundi, sur franceinfo. "Recourir aux ordonnances est une erreur" sur ce dossier, a-t-il estimé.

 "Quand le gouvernement ne veut pas discuter, il faut se faire entendre autrement." L'avertissement a été lancé, dimanche, par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. "Pour l'instant, une journée d'action est prévue le 22 mars. Elle sera un grand succès, car le gouvernement veut passer en force sans discussion, ce qui risque d'envenimer les choses", a-t-il déclaré dans "Dimanche en politique", sur France 3.

 "La privatisation, même pas en rêve." Guillaume Pepy l'a déclaré sur franceinfo, le 20 février. Parmi les 43 propositions émises dans son rapport par Jean-Cyril Spinetta, l'ancien patron d'Air France-KLM, figure celle de faire de la SNCF plusieurs "sociétés anonymes à capitaux publics". Cette proposition, "c'est que nous devenions une société nationale, a estimé Guillaume Pepy. Une société nationale, elle ne peut pas être privatisée."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SNCF

09h51 : @Louis : Bonjour. Sachez que si vous souhaitez annuler votre voyage en cas de grève, "vous pouvez obtenir le remboursement sans frais de votre billet", comme l'explique le site Oui.sncf.

09h51 : Bonjour Yann ! Est-ce que la SNCF rembourse les billets en cas de grève ?

09h46 : Sur franceinfo, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a, lui, refusé d'accabler le patron de la SNCF, Guillaume Pépy. "Les responsabilités sont partagées", a-t-il affirmé, disant ne pas vouloir "tomber dans cette facilité" de "désigner une personne à la vindicte".

09h41 : "Il faut d'abord virer Pépy, cela fait 14 ans qu'il est à la tête de la SNCF et, le moins qu'on puisse dire, c'est que les résultats de ce monsieur sont absolument épouvantables."

Sur France Inter, la patronne du FN se dit "pas du tout" rassurée par la réforme ferroviaire dévoilée par le gouvernement.




08h48 : Alors que l'intersyndicale de la SNCF se réunit en fin de journée, la ministre des Transports affirme avoir proposé "deux mois de concertation". "Commençons par discuter", lance-t-elle, sur BFMTV.

08h41 : "J'ai proposé aux organisations syndicales qu'on se rencontre dès jeudi."

Sur BFMTV, la ministre des Transports affirme qu'"il y a urgence à agir" mais qu'elle fera "place à la concertation".

08h16 : "Il faut une réforme, nous la demandons depuis des années, mais pas celle-là."

Sur RMC, le patron de la CGT estime qu'il y a "urgence" à répondre à "l'attaque gravissime portée contre les cheminots et les usagers". Il laisse toutefois aux cheminots le soin de décider de la forme du mouvement de contestation.

08h13 : Estimant que "les cheminots ont été humiliés" par Edouard Philippe hier, le secrétaire général de la CFDT Cheminots, Didier Aubert, appelle, sur LCI, à une "riposte" syndicale "à la hauteur de la rapidité du gouvernement".

07h56 : Sur RTL, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, assure également que la question de la dette "n'est pas un préalable" à la réforme. Endettée à hauteur de "50 milliards d'euros", l'entreprise produit "2 à 3 milliards" de dette par an, d'où la nécessité, selon lui, de réformer en profondeur la SNCF en priorité.

07h51 : "Une fois qu'on aura fait la transformation de la SNCF, une fois qu'on aura permis à la SNCF de renouer avec les bénéfices, nous pourrons envisager de reprendre la dette de la SNCF."


Invité des "4 Vérités" sur France 2, Bruno Le Maire refuse de préciser à quelle hauteur l'Etat reprendra la dette de l'entreprise ferroviaire. "A 100% ?", lui demande Guillaume Daret. "Nous verrons", répond le ministre.

07h20 : Autre dominante en couverture de vos journaux : la réforme ferroviaire en partie présentée hier par le gouvernement. L'expression "réforme à grande vitesse" revient en boucle.





06h53 : Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantico, 69% des Français sont favorables à la fin du statut de cheminot. Ils sont également 54% à se déclarer pour le recours aux ordonnances pour faire adopter la réforme du rail.

06h47 : "L'heure est au rassemblement et surtout pas à la division."


Sur franceinfo, ce responsable de FO dit souhaiter une "véritable unité syndicale" alors que l'intersyndicale de la SNCF doit se réunir cet après-midi. Son syndicat "ne s'interdit pas une grève dure s'il le faut", assure-t-il.

23h37 : Vous cherchez un dernier article à lire avant d'aller vous coucher ? Voici quelques suggestions :

• Qui est Guillaume Pepy, l'énigmatique et emblématique président du directoire de la SNCF ? Notre journaliste Anne Brigaudeau vous a dressé son portrait ici.


•En une semaine, les raids aériens et tirs d'artillerie des forces du régime syrien ont tué plus de 530 civils dans la Ghouta orientale, une enclave rebelle proche de Damas. Voici notre diaporama photo sur le drame vécu par les civils syriens dans cette région.

23h05 : Bien sûr . Voici l'intégralité de l'intervention du Premier ministre dans le "20 Heures" de France 2.

(FRANCE 2)

23h05 : Bonsoir. Est-il possible d'avoir le replay de l'interview de Edouard Philippe au JT de France 2?

20h36 : N'avez vous pas voté pour ce président messieurs les cheminots ? Ne pensez vous pas que les infirmiers et aides soignants ont de plus mauvaises conditions de travail que vous ? La réforme annoncée concerne les nouvelles embauches. Toutes les entreprises se réforment, pourquoi pas vous ? Regardez autour de vous !

20h35 : Toutes les grandes entreprises ont différents avantages, la SNCF a les siens. Pourquoi aligner vers le bas ? Les cheminots sont ils les salariés les plus riches... Evidemment non.La suppression de l'isf est une chose normale?

20h33 : En quoi supprimer le statut des cheminots va sauver le service public ferroviaire ?

20h32 : Qu' ils revoient leur statut sur certains points : départ au même âge que les autres à la retraite. Ok car les cheminots travaillent la nuit, les week-ends mais d'autres professionnels aussi, dans les hôpitaux par exemple. Mais je pense que les cheminots doivent garder la sécurité de l'emploi. De même je pense que la gratuité des transports c'est normal pour un cheminot mais pas pour sa famille.

20h31 : L'intervention d'Edouard Philippe dans le "20 Heures" de France 2 est terminée. Dans les commentaires, vous êtes nombreux à réagir aux annonces du gouvernement sur la réforme de la SNCF.

20h28 : "Quand la SNCF aura répondu sur la façon dont elle compte prendre sa part [dans le plan d'investissement], le gouvernement prendra ses responsabilités, avant la fin du quinquennat."

20h27 : Edouard Philippe rappelle que le gouvernement ne fermera pas les "petites lignes". "Je ne suivrai pas le rapport Spinetta sur ce point, explique-t-il. L'avenir des petites lignes doit être décidé en province, on ne peut pas décider de leur fermeture à Paris, pour des raisons administratives."

20h20 : "L'objectif est de sauver le service public ferroviaire."

20h20 : "Si le gouvernement a décidé d'avoir recours aux ordonnances, c'est pour éviter l'enlisement. Mais je ne ferme pas la porte aux discussions. (...) Je souhaite qu'il y ait une discussion riche. (...) Nous devons trouver le dispositif qui permette à la SNCF d'être compétitive et de garantir aux usagers la qualité de service auxquels ils ont droit."

20h21 : "J'ai entendu que les syndicats considèrent que le recours aux ordonnances, qui est prévu dans la Constitution, est un "casus belli'. Mais je ne me situe pas dans une logique de guerre ou de bras de fer."



(FRANCE 2)

20h24 : "Je ne veux pas passer en force (...) je veux trouver une solution durable pour réformer le service public ferroviaire, qui va mal. Année après année, la qualité de ce service décroît."

20h16 : Edouard Philippe est l'invité du "20 Heures" de France 2. Regardez son intervention dans notre direct.

19h46 : Forcément, ils y tiennent à leurs avantages d’un autre temps. Ce statut doit être changé, les temps ont changé, plus rien ne le justifie. Et au fond, de bonne foi, ils le savent... Qu’ils la fassent leur grève; pour ça ils sont pro, à la CGT.

19h46 : La vraie question est : pourquoi les cheminots ont-ils droit à un statut spécial et avantageux? Je pense que leurs conditions de travail ne sont plus celles qui avaient justifié un tel statut !

19h47 : Vous êtes nombreux à faire référence au "statut avantageux" des cheminots dans les commentaires, après la menace de la CGT de mener une "grève d'un mois". Les employés de la SNCF sont-ils tout le temps en grève ? Ont-ils un salaire mirobolant ? J'ai passé au crible six idées reçues sur leur statut.

19h29 : J'aurais préféré entendre la CGT m'expliquer quel sont les bénéfices à conserver le statut actuel de la SNCF et m'expliquer pourquoi la défense de ce statut est important pour l'ensemble des Français, afin que cette annonce ne fasse surtout pas penser à la défense d'intérêts catégoriels.

19h28 : Ce gouvernement ne va quand pas faire croire que c est la fautes des cheminots si la SNCF est en déficit au point de casser leur statut.

19h26 : Une grève, les usagers pris en otages, comme d'habitude.

19h26 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à réagir à la menace de la CGT-Cheminots de mener "un mois de grève" pour faire plier le gouvernement à propos de la réforme de la SNCF.

19h17 : Edouard Philippe a déclaré ce matin que le gouvernement aurait recours aux ordonnances pour réformer le service public ferroviaire. Pour faire un point sur les annonces du Premier ministre, c'est par ici.

Le Premier ministre Edouard Philippe, à Paris, le 26 février 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

19h29 : "Pour faire plier le gouvernement, il va sans doute falloir un mois de grève. Nous allons relever le défi. On est sûrement parti pour l’un des plus importants mouvements sociaux de l’histoire de la SNCF."

19h14 : Le conflit entre les syndicats et l'exécutif s'envenime déjà. Dans les colonnes du Parisien, la CGT-Cheminots se dit prête à mener "un mois de grève" pour pousser le gouvernement à renoncer à son projet de réforme de la SNCF.

19h11 : La CGT-Cheminots menace de mener "un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement", après les annonces d'Edouard Philippe sur la réforme de la SNCF.

14h45 : Bonjour , je vous conseille de regarder ce sujet de France 2, qui vous détaille les différents avantages et inconvénients du statut de cheminot. Il vous explique notamment que ce statut permet aux cheminots d'avoir un emploi stable et protégé, avec des augmentations de salaire régulières et la possibilité de partir plus tôt à la retraite. Mais ces avantages sont liés au fait que les cheminots travaillent souvent de nuit et le dimanche, le tout dans des conditions régulièrement difficiles.

14h43 : Pouvez-vous nous expliquer en détail le statut des cheminots ?

12h57 : "Le monde change, la SNCF doit changer aussi." Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté ce matin les grands axes de la réforme de la SNCF. Recours aux ordonnances, statut des cheminots, maintien des petites lignes... Nous vous résumons dans cet article ce qu'il faut retenir de ces annonces particulièrement attendues.

Le Premier ministre Edouard Philippe, à Paris, le 26 février 2018.


(ERIC FEFERBERG / AFP)

14h30 : Vous êtes en pause ? Voici plusieurs contenus que nous vous proposons de lire ce midi sur franceinfo :

• Qui est Guillaume Pepy, l'énigmatique et emblématique président du directoire de la SNCF ? Notre journaliste Anne Brigaudeau vous a dressé son portrait ici.


Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, s\'adresse à des journalistes en présentant le nouveau TGV L\'Océane dans la gare Montparnasse, à Paris, le 14 septembre 2016.


(GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)


• Une vague de "froid glacial" commence à traverser la France. Pourquoi va-t-il faire si froid ? Quels sont les risques pour notre santé ? Notre journaliste Camille Caldini répond à vos questions dans cet article.


Vague de froid, à Paris, le 19 janvier 2017.


(MAXPPP)


•En une semaine, les raids aériens et tirs d'artillerie des forces du régime syrien ont tué plus de 530 civils dans la Ghouta orientale, une enclave rebelle proche de Damas. Voici notre diaporama photo sur le drame vécu par les civils syriens dans cette région.




(ABDULMONAM EASSA / AFP)

12h28 : "Cette maison n’a plus de secret pour lui. Il y a nommé tous les directeurs, il connaît tout le monde par cœur."

Gilles Dansart, directeur de la lettre spécialisée sur les mobilités Mobilettre, qualifie Guillaume Pepy de "patron puissant". "La SNCF, c’est Guillaume Pepy qui l’a façonnée aujourd’hui telle qu’elle est", explique-t-il auprès de franceinfo.