Cet article date de plus de trois ans.

Réforme de la SNCF : Jean-Claude Mailly dénonce "un problème de méthode et un problème de fond" avant la présentation d'Edouard Philippe

Le Premier ministre doit préciser "les questions de calendrier" et "les grands axes" de sa réforme, lundi.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, à Paris, le 12 octobre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La bataille du rail commence. Edouard Philippe doit préciser, lundi 26 février, "les questions de méthode et de calendrier" et "les grands axes" de la réforme de la SNCF. Le gouvernement a déjà annoncé qu'il envisageait une réforme par ordonnances. Les syndicats sont déjà prêts au bras de fer avec l'exécutif. Suivez notre direct.

"Un problème de méthode et un problème de fond." Jean-Claude Mailly, numéro un de FO, a tenu ces propos, lundi, sur franceinfo. "Recourir aux ordonnances est une erreur" sur ce dossier, a-t-il estimé.

• "Quand le gouvernement ne veut pas discuter, il faut se faire entendre autrement." L'avertissement a été lancé, dimanche, par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. "Pour l'instant, une journée d'action est prévue le 22 mars. Elle sera un grand succès, car le gouvernement veut passer en force sans discussion, ce qui risque d'envenimer les choses", a-t-il déclaré dans "Dimanche en politique", sur France 3.

 "La privatisation, même pas en rêve." Guillaume Pépy l'a déclaré sur franceinfo, le 20 février. Parmi les 43 propositions émises par Jean-Cyril Spinetta, l'ancien patron d'Air-France-KLM, figure celle de faire de la SNCF plusieurs "sociétés anonymes à capitaux publics". Cette proposition "c'est que nous devenions une société nationale, a estimé Guillaume Pepy. Une société nationale, elle ne peut pas être privatisée", a-t-il martelé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.