Cet article date de plus d'un an.

Déraillement d'un TGV dans le Bas-Rhin : comment mieux sécuriser les voies ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Déraillement d'un TGV dans le Bas-Rhin : comment mieux sécuriser les voies
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Un train a déraillé jeudi 5 mars sur la ligne TGV Colmar-Paris blessant gravement le conducteur. Les premiers éléments de l'enquête ciblent un glissement de terrain. Comment les voies sont-elles surveillées ?

Un glissement de terrain à Ingenheim (Bas-Rhin) provoque le déraillement du TGV Colmar-Paris qui percute l'amas de terre à pleine vitesse. Cet accident aurait-il pu être évité ? Deux jours avant l'accident, un train est passé sur le tronçon. Son rôle ? Surveiller l'état des voies tous les 15 jours, tout était alors conforme. Jeudi 5 mars, un TGV est passé à vide comme le veut la procédure.

200 agents surveillent les ouvrages et les talus

"C'est un train technique qui circule tous les matins pour s'assurer qu'il n'y a pas d'obstacles sur la voie", explique Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF. 200 agents sont mobilisés pour contrôler les 100 000 ouvrages et talus qui bordent les voies. Près de 9 000 talus sont surveillés de près, notamment par hélicoptère ou de drone. Pour cette ligne, la dernière inspection aérienne datait de novembre 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.