Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : la SNCF a connu un été moins pire qu’attendu

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Coronavirus : la SNCF a connu un été moins pire qu’attendu
FRANCEINFO
Article rédigé par
Julien Bigard, M. Damoy, Francis Simoes, V. Christophe - franceinfo
France Télévisions

Cet été, pour remplir ses trains, la SNCF a décidé de casser ses prix. Il semble que l’opération a été payante.

Si la gare Montparnasse ne peut être qualifiée de vide, c'est tout de même loin d'être la cohue habituelle des dernières années. "On s'attendait à pire que ça, on trouve ça calme en fait", résume un voyageur. En raison de la crise lié au Covid-19, le taux de remplissage des trains a baissé. Il est passé de 67% à l'été 2019, à 60% cet été. Une chute moins importante que redoutée, car la SNCF a bradé ses cartes de réduction et des millions de billets. En moyenne, le prix des tickets a baissé de 10% cet été. "C'était nécessaire. Notre objectif c'était de faire revenir les gens dans les trains et ça a marché", affirme Alain Krakovitch, directeur général de Voyages SNCF.

Une aide de l’État insuffisante

Autre éclaircie dans le ciel de la SNCF : un coup de pouce du gouvernement dans le cadre du plan de relance. Cinq milliards d’euros sont prévus pour développer le transport ferroviaire, notamment les petites lignes. Pour Arnaud Aymé, spécialiste des transports, "c’est entre un tiers et la moitié de ce qui est vraiment nécessaire". L’État pourrait s’appuyer sur les régions pour gonfler l’aide publique et financer la modernisation du réseau.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.