Cet article date de plus de six ans.

Au Japon, les trains sont toujours à l'heure

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
6MEDIA mod_w_dmn_ponctualite_v4 web -
6MEDIA mod_w_dmn_ponctualite_v4 web 6MEDIA mod_w_dmn_ponctualite_v4 web - (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

En 2017 en France, 88,7% des TGV sont arrivés à l'heure, moins bien qu'en 2016. Seuls les TER ont amélioré leur ponctualité à 90,5%. Au Japon, la ponctualité des trains frôle les 100%.

Sur le trajet Tokyo-Osaka, les Shinkansen, nom des TGV locaux, n'ont que trente secondes de retard en moyenne sur l'année. En France, on ne compte plus le temps de retard, mais le pourcentage de trains de retard : 15% de TGV en retard supprimés en 2017.

Alors comment font les Japonais ? Il y a eu d'abord une grande réforme en 1987. La compagnie nationale Japan Rail a été divisée en plusieurs compagnies privées, créant ainsi un dynamisme économique. Ensuite, c’est une question de culture. Le retard est vu au Japon comme un manque total de savoir-vivre. Le ministère des Transports impose de signaler un retard dès trois minutes. Au-delà de trente, il faut faire un rapport complet.

Une armée d'employés

Et au Japon, les employés sont beaucoup plus nombreux pour canaliser les flux, gérer les montées et descentes des voyageurs voire les pousser dans les trains. Et ils ne font presque jamais grève.

En France, le numéro de quai est annoncé dix minutes seulement avant l'arrivée d'un train. Au Japon, le quai de départ d'un train selon telle ou telle destination ne varie presque jamais, ce qui fait que les passagers savent déjà où aller. Et puis les rames sont changées régulièrement afin d'accueillir davantage de monde. Mais la qualité a un prix. Il faut compter 250 euros pour un aller-retour Tokyo-Osaka, l'équivalent en distance d'un Paris-Lyon.

Retrouvez les vidéos de Linh-Lan Dao sur sa chaîne YouTube

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.