Taxe carbone : l'exécutif ferme la porte à une nouvelle hausse

Alors que 86 députés, pour la plupart issus de la majorité, ont signé une tribune pour une nouvelle hausse de la taxe carbone, le gouvernement a rapidement balayé la suggestion.

À l'origine du mouvement des "gilets jaune", la hausse de la taxe carbone, abandonnée en décembre, est revenue sur la table par une tribune dans Le Figaro signée par 86 députés pour la plupart issus de La République en marche. L'idée de ces députés : une taxe socialement plus juste que la précédente, où "100% des revenus générés sont rendus aux citoyens et aux entreprises, sous forme d'aides à la transition énergétique". Mais la proposition n'a pas vraiment enthousiasmé au sommet de l'État.

Le gouvernement clôt le débat

Au sortir du Conseil des ministres, où le président de la République Emmanuel Macron avait fait part de sa réaction, le message était clair. "Le président de la République l'a rappelé, sa conviction est que nous ne sortirons pas d'une crise qui a débuté par un impôt supplémentaire en en créant un nouveau", déclarait Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un automobiliste dans une station-essence, le 5 décembre 2018, à Saint-Laurent-de-Condel (Calvados). 
Un automobiliste dans une station-essence, le 5 décembre 2018, à Saint-Laurent-de-Condel (Calvados).  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)