Prix du carburant : "Impossible" pour les distributeurs de baisser leurs marges, selon le Conseil national des professions de l'automobile

Francis Pousse, le président national des propriétaires-exploitants de stations-service au Conseil national des professions de l'automobile, réagit à la demande de la ministre de la Transition écologique aux distributeurs de carburant de réduire leurs marges. "S'il y a un effort à faire, c'est par exemple sur une baisse de la TVA", selon lui.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Francis Pousse, président de la branche carburant du CNPA (Conseil national des professions de l’automobile).  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"C'est absolument impossible", a répondu Francis Pousse, le président national des propriétaires-exploitants de stations-service au CNPA (Conseil national des professions de l'automobile), sur franceinfo mercredi 13 octobre, alors que Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, a demandé aux distributeurs de réduire leurs marges face à la hausse des prix du carburant.

"Incapable de malheureusement lâcher un peu"

"Les marges moyennes dans les stations-service que je représente sont de l'ordre de 0,7 à maximum 2 centimes nets sur un litre de carburant vendu. Le carburant, on a toujours une même marge, quel que soit le prix d'affichage. Donc, on est absolument incapable de malheureusement lâcher un peu. Et imaginez même, si on décidait de baisser d'un demi centime, l'impact est tout à fait dérisoire", assure-t-il.

"Chaque fois qu'il y a des hausses de carburants, les gens cherchent des solutions alternatives. Le covoiturage par exemple, les transports en commun. Certaines de nos stations, en particulier en zones rurales, ne peuvent pas afficher des prix aussi concurrentiels que les grandes surfaces", explique Francis Pousse.

"La plus grosse partie du prix du carburant, c'est la TICPE, la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques et la TVA. Aujourd'hui sur un litre de gazole, c'est à peu près 85 à 90 centimes par litre qui rentrent dans les caisses de l'Etat. S'il y a un effort à faire, c'est par exemple sur une baisse de la TVA. Je ne vois pas d'autres solutions si on veut rendre le carburant plus abordable", conclut-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.