Prix de l’essence : le gouvernement étudie la piste d’un "chèque carburant", selon Barbara Pompili

Publié
Prix de l’essence : le gouvernement étudie la piste d’un "chèque carburant", selon Barbara Pompili
FRANCE 2
Article rédigé par
T. Sotto - France 2
France Télévisions

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, est l’invitée des "4 Vérités" de France 2, lundi 18 octobre, pour évoquer la flambée des prix du carburant et la réponse que le gouvernement souhaite y apporter.

La flambée des prix de l’énergie et du carburant sont au cœur des préoccupations des Français depuis plusieurs semaines. Après avoir annoncé un blocage des tarifs du gaz, le gouvernement va-t-il intervenir pour faire baisser les prix à la pompe ? Barbara Pompili l’assure sur le plateau des "4 Vérités" de France, lundi 18 octobre, et ce, "dès que possible". La ministre de la Transition écologique se réjouit en outre que son appel à la coopération ait été entendu : "Michel-Édouard Leclerc a annoncé dimanche qu’il allait couper ses marges sur le carburant. On doit avoir un effort de tous. De notre côté, nous sommes en train de travailler sur la solution la plus efficace pour aider ceux qui en ont vraiment besoin."

Une base de données à constituer

Sans toutefois préciser de date, Barbara Pompili a évoqué la piste d’un "chèque carburant" ciblé, à l’image du "chèque énergie" destiné à aider les foyers les plus précaires à payer leurs factures d’électricité et de gaz. "Je ne sais pas encore sous quelle forme, on essaie encore de trouver le moyen de toucher les bonnes personnes. On n’a pas aujourd’hui, comme pour le chèque énergie, une base de données des personnes qui pourraient en avoir besoin", souligne la ministre. Le principe est donc défini, mais il reste encore à cibler les bénéficiaires.

"L’idée, c’est d’avancer le plus vite possible, sachant que les Français sont en train de commencer à faire des pleins d’essence plus chers, donc il faut faire en sorte de pouvoir répondre à ce problème", poursuit Barbara Pompili, interrogée sur la possibilité d’une annonce dès mardi 19 ou mercredi 20 octobre. La baisse de la TVA ne serait pas à l’ordre du jour, selon la ministre, qui explique que le gouvernement "préfère éviter cette mesure, car ces baisses sont générales et vont donc toucher tout le monde indifféremment".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.