"Gilets jaunes" : un dimanche de blocages

Le mouvement des "gilets jaunes" va-t-il se poursuivre ? Samedi 17 novembre, ils étaient en tout cas près de 300 000 personnes mobilisées dans toute la France. Dimanche 18 novembre, plus de 150 sites de blocage ont été à nouveau maintenus, soit 40 000 "gilets jaunes".

Les "gilets jaunes" ne désarment pas. Au soir du dimanche 18 novembre, ils sont encore près de 3 000 au péage de Virsac, près de Bordeaux (Gironde), déterminés à camper sur leurs positions. L'autoroute est fermée à la circulation. Des cars de CRS sont prêts à intervenir à tout moment. Qui dit deuxième journée de mobilisation, dit deuxième journée de blocages. À Antibes (Alpes-Maritimes), les automobilistes perdent patience. Bloquer jusqu'à ce qu'ils acceptent de montrer cette solidarité : c'était le mot d'ordre de cette journée un peu partout en France, et notamment à Reims (Marne).

L'ampleur du mouvement reste insaisissable

Plusieurs centaines de points de blocage ont été dénombrés dimanche 18 novembre à travers toute la France. C'est moins que samedi 17 novembre, mais l'ampleur du mouvement reste difficile à mesurer. Les rassemblements se déroulent souvent dans une ambiance bon enfant. Au total, on compte une cinquantaine de points de blocage sur autoroute, comme à Avignon (Vaucluse), avec de nombreuses opérations péage gratuit, comme à Toulouse (Haute-Garonne). Dimanche au soir, les policiers tentent de déloger certains "gilets jaunes", notamment à Nancy (Meurthe-et-Moselle), avec des échanges parfois tendus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des milliers de citoyens ont participé aux manifestations du 17 novembre en Loire-Atlantique, notamment à Nantes, comme ici.
Des milliers de citoyens ont participé aux manifestations du 17 novembre en Loire-Atlantique, notamment à Nantes, comme ici. (ESTELLE RUIZ / NURPHOTO/AFP)