Gilets jaunes : les partis politiques d'opposition s’en mêlent

Alors que le mouvement des gilets jaunes prend de l’ampleur et promet une manifestation d’importance samedi 17 novembre, plusieurs partis d’opposition tentent d’en tirer profit.

France 2

Les gilets jaunes sont déjà dans la place. Alors qu’un blocage national sera organisé samedi 17 novembre, des milliers d'entre eux arborent déjà fièrement l’emblème sur les routes de l’Hexagone. À quelques jours de la mobilisation contre la hausse du prix des carburants, les futurs participants sont motivés. Les partis politiques d’opposition comptent bien tirer profit de cette grogne. C’est le cas du président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, qui dément toute récupération politique.

Une personne à l’origine d’une pétition à succès agacée

Au Rassemblement national, on espère pouvoir au contraire récupérer le bénéfice de ce mouvement. Le parti de Marine Le Pen, celui de Nicolas Dupont-Aignan et Les républicains ont sorti un tract condamnant le "racket" des automobilistes. Cette démarche agace une personne à l’origine d’une pétition qui a fait plus de 800 000 signatures, Priscillia Ludosky. À Grenoble (Isère), un porte-parole de collectif de gilets jaunes a lui aussi été contacté.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une conductrice exposant un gilet jaune en signe d\'hostilité à la politique du gouvernement sur les prix du carburant, le 4 novembre 2018, à Meteren (Nord).
Une conductrice exposant un gilet jaune en signe d'hostilité à la politique du gouvernement sur les prix du carburant, le 4 novembre 2018, à Meteren (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)