Gilets jaunes : la peur d’un nouveau samedi de violences

À Paris, le gouvernement craint une nouvelle journée de violences suite à un nouvel appel à la manifestation et un rassemblement place de la Bastille. Les autorités multiplient les appels au calme.

Voir la vidéo

Le gouvernement est inquiet. Que ce soit à la Bastille (Paris) où sur les Champs-Elysées, tous les commerçants se préparent encore au pire, près d’une semaine après les actes de violence survenus dans la capitale. Dans un bar de la place de la Bastille, on s’inquiète et on pense même ne pas ouvrir du tout samedi 8 décembre, un sacré manque à gagner. Idem avenue Kléber, qui porte encore les stigmates de samedi dernier, où des scènes de guérilla urbaines ont eu lieu.

Peur à Paris

Certains commerçants ont d’ores et déjà décidé de fermer. D’autres hésitent. "La décision, je l’aurais à la dernière minute", précise cette coiffeuse, tout en déclarant qu' "il est fort probable que je ne pourrais pas ouvrir". Chez les habitants, même constat, on s’inquiète aussi. « Bien sûr j’ai peur, je vais rester bien tranquille à la maison », témoigne une habitante. Un transporteur du nord a lui décidé de mettre ses cars à disposition pour transporter les "gilets jaunes" vers Paris. L’Élysée redoute la présence d’un noyau dur venu "pour casser et tuer".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des affrontements sur la place de l\'Etoile, lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris, le 1er décembre 2018.
Des affrontements sur la place de l'Etoile, lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)