"Gilets jaunes" : des barrages sont toujours en place

Au lendemain de la mobilisation nationale des "gilets jaunes" organisée samedi 17 novembre, on compte encore 150 points de blocage. Selon le ministère de l'Intérieur, un peu moins de 300 000 personnes ont pris part aux manifestations. 

FRANCE 2

Dès l'aube, dimanche 18 novembre, des kilomètres de bouchons. Au péage de Villefranche-sur-Saône (Rhône), quelques irréductibles campent toujours sur leurs positions, comptant sur des réserves de provisions pour tenir sur la durée. La détermination est la même à Toulouse (Haute-Garonne), avec une opération péage gratuit pour tenter de rallier encore un peu davantage la population à leur cause. Dimanche matin, il y aurait encore au moins 150 points de blocage à travers toute la France. C'est dix fois moins qu'hier, samedi 17 novembre, mais il est difficile d'évaluer l'ampleur réelle du mouvement, tant il est éparpillé.

Le mouvement va-t-il se poursuivre ?

Des petits groupes ont même passé la nuit dehors, comme à Dieppe (Seine-Maritime). Une nuit de blocage, avec des tensions parfois. À plusieurs reprises, un camion tente de forcer le barrage. Les "gilets jaunes" ne cèdent pas ; on frôle l'accident. Après les échauffourées et les incidents d'hier, les forces de l'ordre tentent désormais de maîtriser rapidement les manifestations. Sur le pont d'Aquitaine (Gironde), les policiers interviennent dès le début de matinée et provoquent la colère des "gilets jaunes". Certains assurent vouloir continuer les blocages toute la journée et plusieurs jours s'il le faut.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" manifestent à Brest (Finistère), le 17 novembre 2018. 
Des "gilets jaunes" manifestent à Brest (Finistère), le 17 novembre 2018.  (FRED TANNEAU / AFP)