Carburants : faut-il revenir à une taxe flottante ?

Emmanuel Macron annoncera des nouvelles mesures pour rendre la transition écologique "acceptable" la semaine prochaine. François Bayrou, lui, souffle de revoir la taxation du carburant.

FRANCE 2

Pour que les prix à la pompe ne cessent de grimper, François Bayrou propose une solution : rendre les taxes sur les carburants plus flexibles pour que celles-ci s'adaptent aux prix du pétrole. L'idée est d’éviter que les prix ne grimpent brusquement en stations quand le prix du baril s'enflamme. Dans le prix d'un litre de carburant, il y a le coût du pétrole et les taxes. Aujourd'hui, quand le pétrole devient plus cher, les taxes ne bougent pas. Le prix augmente mécaniquement.

La taxe flottante a déjà existé entre 2000 et 2002

La proposition est donc de rendre les taxes flottantes. Quand le prix du pétrole augmente, les taxes diminuent et les prix à la pompe restent stables. A l'inverse, quand le prix baisse, les taxes augmentent. "Cela permet d'amortir les chocs des variations du prix du pétrole brut sur les prix à la pompe", explique Pierre Terzian, directeur de Pétrostratégies-Europ'Energies. Le groupe socialiste veut faire adopter cette taxe au Sénat. La taxe flottante a déjà existé entre 2000 et 2002, mais a été jugée trop coûteuse par la Cour des comptes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le superéthanol n\'est proposé que dans 1 000 stations-service en France, comme ici dans la banlieue de Bordeaux. 
Le superéthanol n'est proposé que dans 1 000 stations-service en France, comme ici dans la banlieue de Bordeaux.  (PIERRE ANDRIEU / AFP)