La réhabilitation de la ligne de TER Grenoble-Gap actée

Comme des dizaines de TER en France, cette ligne était en sursis depuis plusieurs années, faute de rentabilité, de fréquentation, ou pour des raisons de sécurité, selon l'Etat, les collectivités et la SNCF.

Le TER Grenoble-Gap en gare de Clelles (Isère), le 27 mars 2019.
Le TER Grenoble-Gap en gare de Clelles (Isère), le 27 mars 2019. (ELISE LAMBERT / FRANCEINFO)

La liaison ferroviaire Grenoble-Gap, menacée de fermeture en 2020 en raison de sa vétusté, bénéficiera de travaux pour une réouverture totale en 2022, a fait savoir le Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes à franceinfo, mercredi 4 décembre, confirmant une information de l'AFP et du Journal du Diois et de la Drôme.

Mercredi à Valence, le comité de pilotage interrégional de "l'Etoile de Veynes", a statué notamment sur l'avenir de cette ligne empruntée chaque jour en moyenne par un millier de voyageurs et traversant les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un plan de financement auquel participent les collectivités territoriales, l'Etat et SNCF Réseau "à hauteur de 34 millions d'euros de travaux a été bouclé", précise un communiqué de la préfecture de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

Ces travaux permettront une réouverture totale de la ligne entre Grenoble et Gap en 2022, dès les travaux réalisés.La préfecture de Provence-Alpes-Côte d'Azurdans un communiqué

"Au-delà, l'étude en cours, qui s'achèvera à l'été 2020, permettra de définir un programme de travaux complémentaires post-2023, nécessaire pour assurer la pérennité de la ligne à plus long terme", poursuit le communiqué. L'investissement pour cette liaison de la région Auvergne-Rhône-Alpes, où "830 km de lignes" étaient menacés en 2016, s'élèvera à 9,8 millions d'euros, précise un communiqué de son président, Laurent Wauquiez.

Le 9 novembre, des associations d'usagers soutenues par des élus et des syndicats s'étaient mobilisées entre Grenoble et Briançon pour demander à l'Etat de "tenir sa promesse" de remettre en état cette ligne, essentielle à leurs yeux pour "désenclaver les territoires ruraux" qu'elle dessert.