Cet article date de plus d'un an.

Pénurie de carburant : quatre salariés réquisitionnés sur le site ExxonMobil de Port-Jérôme

Elisabeth Borne a ordonné mardi la réquisition des personnels pour le déblocage des dépôts de carburants du groupe Esso-Exxonmobil. 

Article rédigé par France Info - France Bleu Normandie
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le dépôt  Esso-Exxonmobil à Port-Jérôme-sur-Seine.  (ST?PHANE GEUFROI / MAXPPP)

Quatre personnes ont été réquisitionnées au total, deux pour ce mercredi 12 octobre, deux pour le matin du jeudi 13 octobre, selon un arrêté préfectoral signé par le préfet de la région Normandie, pour travailler sur le site d'ExxonMobil de Port-Jérôme, selon des informations obtenues par France Bleu Normandie (Seine-Maritime et Eure). L'annonce a été faite par le ministère de la Transition énergétique. 

Le gouvernement veut limiter la pénurie de carburant en Ile-de-France

Cet arrêté a été envoyé au directeur du site d’ExxonMobil de Port-Jérôme, qui les a notifiés. Il est pris dans le but de contribuer à l'approvisionnement de la région Ile-de-France, alimentée par un oléoduc depuis le dépôt de Port-Jérôme, a appris le service économie de franceinfo.

Estimant "qu'il faut savoir terminer une grève", Elisabeth Borne a ordonné mardi 11 octobre, la réquisition des personnels indispensables au fonctionnement des dépôts de carburant d'Esso-ExxonMobil. La Première ministre estime que la poursuite de la grève n'est pas acceptable puisque les deux syndicats majoritaires du groupe ont signé un accord avec la direction du groupe. Malgré cette menace, la grève au dépôt Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme a été reconduite mercredi matin. 

>>> Réquisition des grévistes : "J’espère que ce sera l’étincelle qui déclenchera un mouvement de grève générale", déclare Sandrine Rousseau

La CGT condamne cette décision du gouvernement. "Je constate que malgré les déclarations du président de la République sur sa volonté de mieux écouter il choisit non pas l'écoute mais la force pour remettre en cause le droit de grève", a déploré sur France Inter Philippe Martinez, secrétaire général du syndicat. Six raffineries sur les huit que compte le pays sont en grève.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.