Approvisionnement en carburants : "Il faut qu'on soit raisonnable", enjoint le maire d'Arras

En attendant que la situation s'améliore, "dans deux ou trois jours", selon le maire d'Arras Frédéric Leturque, il ne faut pas "obligatoirement faire un plein total pour en laisser un peu aux autres".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
De nombreuses stations manquent de carburant en France, le 4 octobre 2022 (illustration). (PASCAL GUYOT / AFP)

"Il faut qu'on soit raisonnable, qu'on réfléchisse au besoin de se déplacer, qu'on soit économe au maximum", préconise mercredi 5 octobre sur franceinfo Frédéric Leturque, maire d'Arras (Pas-de-Calais), président de la Communauté urbaine d'Arras et conseiller régional des Hauts-de-France face à la pénurie de carburants qui frappe certaines régions. Pour Frédéric Leturque, il faut mettre de l'essence ou du gasoil dans sa voiture "sans obligatoirement faire un plein total parce qu'il faut en laisser un peu aux autres", poursuit-il.

>> Carburants : "Il n’y a pas de pénurie", affirme Olivier Véran

Frédéric Leturque réagissait à l'annonce faite par les préfectures du Nord de réquisitionner - en cas de dégradation de la situation - pour n’approvisionner en carburant que les véhicules prioritaires. Les Hauts-de-France sont la région la plus touchée avec 30% des stations essence actuellement en difficulté. Selon lui, "ça paraît logique d'essayer d'aider des professions, des métiers qui ont absolument besoin de se rendre à leur poste de travail". L'élu pense particulièrement aux hôpitaux : "J'avais une réunion au centre hospitalier d'Arras ce mercredi et le directeur m'a indiqué combien les médecins étaient inquiets de ne pas pouvoir se déplacer et donc de prendre leur poste dans les prochains jours."

Près d'un tiers des stations essence en difficulté dans les Hauts-de-France

Malgré tout, Frédéric Leturque se veut rassurant : "En théorie, la situation devrait se réguler dans les deux ou trois prochains jours. D'ici là, il faut que chacun soit raisonnable sur sa consommation." Selon lui, les problèmes d'approvisionnement en carburant n'ont pas débuté aujourd'hui mais durent déjà "depuis plusieurs jours" avec "la décision de Total de baisser le tarif pratiqué à la pompe et depuis ce mouvement de grève qui pénalise la ville d'Arras mais aussi une bonne partie de la région des Hauts-de-France."

Et le maire d'Arras de poursuivre : "Jeudi je tiens le Congrès des maires du Pas-de-Calais au Touquet et nous attendons de la part des pouvoirs publics qu'ils puissent rassurer vite face à cette situation exceptionnelle." Le maire souhaite que la situation soit "rapidement enrayée" et espère "que tout sera mis en oeuvre pour qu'elle se régule dans les prochains jours", conclut-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pénurie de carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.