"Gilets jaunes" : le patron de la CGT réclame une hausse du smic pour calmer "la colère des Français"

La CGT demande depuis des années un salaire minimum à 1 800 euros brut mensuel.

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le 9 octobre 2018 à Paris, lors d\'une manifestation contre les réformes d\'Emmanuel Macron.
Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le 9 octobre 2018 à Paris, lors d'une manifestation contre les réformes d'Emmanuel Macron. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)

Le secrétaire général de la CGT réclame au gouvernement une hausse du smic pour calmer la colère "légitime" des "gilets jaunes""Pourquoi on ne parlerait pas augmentation des salaires ? En cette fin d'année, le gouvernement va revoir la question du smic. Pourquoi en termes de mesures pour aider le pouvoir d'achat on n'annoncerait pas une augmentation de ce salaire minimum ?", s'est interrogé Philippe Martinez, samedi 17 novembre sur Europe 1. Le smic se situe actuellement à 9,88 euros brut, soit 1 498,47 euros par mois. "On ne peut pas vivre avec ça", a estimé le numéro un de la CGT, qui réclame depuis des années un salaire minimum à 1 800 euros brut mensuel.

Concernant le mouvement des "gilets jaunes", Philippe Martinez a réitéré son opposition à participer à la mobilisation du jour, à cause de la présence de l'extrême droite. "Certains, une minorité, essaient de le récupérer, avec de mauvaises intentions", a une fois de plus regretté le patron de la CGT, en référence à l'extrême droite. Des militants CGT manifesteront tout de même ce samedi, pour réclamer une amélioration du pouvoir d'achat, malgré l'opposition de la confédération, mais il n'y aura pas de sanctions, a expliqué le leader syndical, car "chacun a le droit de s'exprimer".