Covid-19 : la pandémie a fait perdre 7,1 milliards d'euros à Air France-KLM

Le secteur aérien a vécu une année noire en 2020 et le groupe franco-néerlandais n'échappe pas à la règle. "Les chiffres donnent un peu le tournis", a reconnu son directeur financier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des avions d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le 11 février 2021. (SANDRINE MARTY / HANS LUCAS / AFP)

Un choc "sans précédent". Air France-KLM a perdu 7,1 milliards d'euros l'année dernière à cause du Covid-19 qui a très durement affecté le secteur du transport aérien et a privé le groupe franco-néerlandais de deux tiers (67,3%) de ses clients par rapport à 2019. Le chiffre d'affaires s'est effondré de 59% par rapport à 2019, à 11,1 milliards d'euros, a précisé jeudi 18 février le groupe dans un communiqué (en anglais). Ces pertes et chutes d'activité, "ce sont des ordres de grandeur qui donnent un peu le tournis", a reconnu le directeur financier du groupe, Frédéric Gagey.

D'autant que le groupe ne table pas sur une reprise immédiate. Il a prévenu que le premier trimestre 2021 serait "difficile" et que la visibilité d'une reprise restait "limitée". Sa capacité de transport de passagers n'y atteindra que 40% de celle de la même période de 2019, à cause des "restrictions de voyage renforcées". La société mise sur un regain de trafic aux deuxième et troisième trimestres grâce aux vaccins. 

6 000 départs volontaires envisagés

La perte nette est conforme aux attentes des analystes financiers. Elle inclut une provision pour restructuration de 822 millions d'euros, en grande partie une conséquence des plans de départs volontaires engagés par le groupe, a détaillé Frédéric Gagey lors d'une téléconférence de presse. Les effectifs ont fondu de plus de 10% en un an avec 5 000 postes de moins chez KLM et 3 600 chez Air France. "Des plans en cours permettront encore d'accompagner environ 900 départs chez KLM et environ 4 900 chez Air France", des efforts "indispensables" pour surmonter la crise, selon le président. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.