Air France : le gouvernement condamne les violences et appelle à la reprise du dialogue

Les images ont fait le tour des médias du monde entier. Le dossier Air France est devenu politique.

France 3

Le gouvernement monte au créneau face à la tourmente qui frappe Air France. De retour du Japon, Manuel Valls est venu soutenir les dirigeants de la compagnie, dont le DRH agressé lundi 5 octobre. Pour le Premier ministre, l'événement est inacceptable et ses auteurs doivent être condamnés avec la plus grande fermeté. "La violence est inadmissible dans notre société. Elle doit être condamnée et il faudra des sanctions lourdes à l'égard de ceux qui sont livrés à de tels actes", explique Manuel Valls.

D'autres départs ?

En retrait des négociations jusqu'à présent, le gouvernement a été contraint d'intervenir ce mardi 6 octobre. En cause, des images du comité central de la compagnie où l'on voit les dirigeants agressés. Depuis 24h, elles font le tour du monde.

Chez Air France, on veut tourner la page. La direction se dit prête à reprendre les négociations. Les syndicats aussi. Mais pour certains syndicalistes la situation est au point mort. Cela risque de ne pas s'arranger. Certaines sources syndicales affirment qu'il pourrait y avoir une deuxième vague de départs. 7 900 postes seraient alors menacés. La direction dément.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Comment les médias peuvent-ils améliorer la société ?" avec Make.org, Reporters d’Espoirs et plusieurs autres médias. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Manuel Valls, le 6 octobre 2015.
Manuel Valls, le 6 octobre 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)