Violences à Paris : la justice plus sévère avec les manifestants

La justice sévit, mardi 4 décembre, pour les manifestants et casseurs arrêtés lors de la manifestation très violente de samedi 1er décembre à Paris. Des peines de prison ferme ont été prononcées.

Voir la vidéo
France 2

Ils sont étudiants, artisans ou encore ouvriers agricoles. Les manifestants jugés mardi 4 décembre sont des "gilets jaunes", venus de province. Un bourguignon de 31 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir jeté un pavé sur des policiers. "Je n'aurais jamais du faire ça, je venais juste pour déclarer notre colère, on en a marre de payer", reconnait l'homme. Arrêtée aux pieds de l'Arc de triomphe (Paris), une mère de famille sort d'une garde à vue de 48 heures et s'en sort avec un simple rappel à la loi. Les principaux casseurs et pilleurs seront, eux, jugés ultérieurement.

Un durcissement de la justice

En direct du palais de justice de Paris, le journaliste Dominique Verdeilhan apporte des informations complémentaires sur les comparutions en cours. "Il y a quelques minutes encore, des peines de prison ferme ont été prononcées, rien que pour la journée d'hier, il y a eu 20 condamnations pour de la prison ferme, dont huit avec mandat de dépôt, c'est-à-dire une incarcération immédiate. Autre preuve du durcissement de la justice : il y a actuellement treize personnes devant des juges d'instruction pour de probables mises en examen", explique le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Paris, le 1er décembre 2018.
Paris, le 1er décembre 2018. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)