VIDEO. Emmanuelle Wargon trouve "intéressante" la création d'une tranche d'impôt supplémentaire pour les plus riches

La secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique estime que d'autres solutions que celle du retour à l'ISF sont à étudier pour une meilleure justice fiscale.

RADIO FRANCE

"Je trouve cette hypothèse intéressante", estime Emmanuelle Wargon lundi 21 janvier sur franceinfo alors qu'une proposition émerge du groupe La République en marche (LREM) pour créer une tranche supérieure d'impôts pour les Français les plus aisés. 

"Revoir l'impôt sur le revenu et aller au-delà de la tranche maximale qui est à 45%, je trouve, c'est un sentiment personnel, que c'est une réponse possible", ajoute la secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique. Mais la fiscalité mieux partagée ne passe pas obligatoirement par le retour de l'ISF, estime celle qui est chargée, avec son collègue au gouvernement, Sébastien Lecornu, d'animer le grand débat national. "La question qui est posée est celle de la justice fiscale, de l'équité. C'est une bonne question. L'ISF, de mon point de vue, n'est pas une bonne réponse à cette bonne question, au sens où c'est un impôt qui avait beaucoup d'effets pervers. Et il y a d'autres manières de répondre à cette question. Il y a une réponse possible en faisant évoluer l'impôt sur le revenu par exemple. Il y a aussi une autre réponse, même si le sujet est compliqué, sur les droits de succession." 

"L'ISF est un symbole"

"Le président a dit pas de tabou, pas de totem sur toutes les questions posées, ajoute la secrétaire d'État. Il a aussi dit que certaines réformes viennent d'être faites et on se laissera le temps de les évaluer avant de revenir sur ces réformes si nécessaire. L'ISF est dans cette catégorie-là, la réforme vient d'être faite." 

"Moi-même j'ai été assujettie à l'ISF à la suite du décès de mes parents, confie Emmanuel Wargon. Ça n'a pas de lien avec mes précédentes fonctions dans une entreprise mais étant fille unique, mes deux parents sont décédés et j'ai donc reçu leur patrimoine. Je sais que l'ISF est un symbole, un réceptacle de cette colère mais je ne suis pas sûre que l'ISF soit la bonne réponse en tant qu'impôt."
   

Emmanuelle Wargon, le 21 janvier 2019.
Emmanuelle Wargon, le 21 janvier 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)