"Stylos rouges" : un nouveau mouvement ?

Après les "gilets jaunes", les "stylos rouges", nom d'un groupe né sur Facebook qui compte plus de 40 000 inscrits. Des enseignants en colère. Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils choisi de contourner les syndicats ?

France 3

Près de 44 000 membres en trois semaines. Sur les réseaux sociaux, les "stylos rouges" compilent leurs témoignages d'enseignants en colère. Julie est professeure des écoles depuis 14 ans. Elle parle au nom de ses collègues. "Les 'stylos rouges', c'est l'ensemble des personnes qui travaillent dans le primaire et le secondaire. Ça va de la petite section à la terminale, du public et du privé, ça concerne toutes ces personnes-là", explique-t-elle. Déjà il y a deux mois, avec #Pasdevague, les professeurs dénonçaient le silence de l'Éducation nationale face aux violences.

Mobilisés, mais pas encore organisés

Aujourd'hui, que veulent les "stylos rouges" ? D'abord, le dégel du point d'indice des salaires correspondant aux heures de travail, mais aussi moins d'élèves par classe et de contrats précaires. Un florilège de revendications pas forcément nouvelles. Pourquoi les "stylos rouges" ne sont pas liés aux syndicats ? "On a le sentiment que les syndicats sont de moins en moins écoutés. On est là pour les soutenir et on est en parallèle. On regroupe le primaire, le secondaire, on est apolitique. Ce n’est pas quelque chose contre les syndicats, mais c'est quelque chose en plus", explique Julie. Mobilisés, mais pas encore organisés, les "stylos rouges" doivent définir leur mode d'action.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les professeurs ont décidé de sortir de leur silence en lançant le mot dièse #pasdevagues.
Les professeurs ont décidé de sortir de leur silence en lançant le mot dièse #pasdevagues. (MYCHELE DANIAU / AFP)