Radars sabotés : les Français ont accéléré en décembre

En neuf semaines de mouvement des "gilets jaunes", plus d'un millier de radars ont été endommagés et parfois mis hors service. Résultat : les Français ont roulé plus vite en décembre. Les excès de vitesse ont augmenté de 30%.

FRANCE 3

Sur les quais parisiens se dresse un radar recouvert d'une bâche en plastique. Avant d'être dégradé, il flashait plus de 50 000 fois par an. Ici, il est interdit de dépasser les 50 km/h. C'est l'allure à laquelle nous roulons, mais nombreux sont les conducteurs à nous dépasser. Des radars vandalisés comme celui-ci, il y en a des centaines partout en France, tagués, bâchés ou même brûlés. Bien que dégradés, certains continuent de mesurer la vitesse des automobilistes sans pouvoir les verbaliser. Voici le résultat : +30% d'excès de vitesse en décembre.

Un tiers des accidents mortels liés à une vitesse excessive

À Roppe, près de Belfort (Territoire de Belfort), le maire s'inquiétait le mois dernier. Chaque jour, 13 000 véhicules circulent sur la route départementale qui traverse son village. Un radar avait été installé pour sécuriser les lieux, mais il a été brûlé. Ces dégradations ont débuté l'été dernier, avec le passage aux 80 km/h, mais elles se sont amplifiées avec le mouvement des "gilets jaunes". Les réparations de ces machines sont coûteuses, alors des associations militent pour d'autres solutions, comme les radars embarqués. Aujourd'hui en France, un tiers des accidents mortels sur les routes sont dus à une vitesse excessive.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un radar automatique sur l\'A10, près de Neuvy-en-Beauce (Eure-et-Loir).
Un radar automatique sur l'A10, près de Neuvy-en-Beauce (Eure-et-Loir). (BERNARD MÉNIGAULT / CROWDSPARK / AFP)