Paris : la manifestation des "gilets jaunes" a causé "plus d'un million d'euros de dégâts" sur les Champs-Elysées

Colombe Brossel, l'adjointe à la maire de Paris chargée de la sécurité, a estimé le montant des dégats chez nos confrères de France Bleu Paris. 

Colombe Brossel, l\'adjointe à la maire de Paris chargée de la sécurité, en août 2013. 
Colombe Brossel, l'adjointe à la maire de Paris chargée de la sécurité, en août 2013.  (XAVIER LEOTY / AFP)

L'adjointe à la maire de Paris chargée de la sécurité, Colombe Brossel, a donné vendredi 30 novembre sur France Bleu Paris une nouvelle estimation des dégâts occasionnés samedi 24 novembre sur les Champs-Elysées en marge de la mobilisation des "gilets jaunes". Selon elle, si le chiffrage précis n'est pas encore connu, il y en a pour "plus d'un million d'euros de dégâts" concernant l'espace public.

"C'est colossal"

"On est déjà à plus d'un million d'euros de dégradations que ce soit la chaussée, la voie, l'éclairage public... C'est colossal", a indiqué Colombe Brossel au micro de France Bleu Paris. L'élue a expliqué que ce serait à la ville de Paris de prendre en charge cette facture. "Je ne rentre pas dans la technique, mais la ville est son propre assureur, donc à la fin, c'est la ville qui, de fait, prend en charge", a indiqué Colombe Rossel.

Ce chiffre de "plus d'un million d'euros" ne prend pas en compte les dégâts infligés à plusieurs commerces et restaurants des Champs-Elysées.

L'avenue dégagée pour la prochaine manifestation

Interrogée sur les barrières et engins de chantiers qui avaient été utilisés la semaine dernière par des casseurs pour monter des barricades, Colombe Brossel a indiqué que la mairie avait cette fois reçu "un ordre de réquisition" lui demandant "de débarrasser sur les Champs-Elysées et aux alentours, les barrières de chantiers, les containers à verre. La demande n'avait pas été faite la semaine dernière", indique Colombe Brossel.

"Nos services sont à pied-d'œuvre depuis plusieurs jours pour qu'on minimise, de notre côté, les risques de débordement, et pour qu'on sécurise ceux qui voudraient aller sur les Champs-Elysées", a expliqué l'adjointe en charge de la sécurité à la mairie de Paris.

"Un certain nombre de périmètres près de l'Assemblée nationale par exemple seront sanctuarisés au sens qu'il n'y aura pas d'autorisation donnée pour manifester", affirme Colombe Brossel, pour qui ce samedi sera "un peu complexe pour les forces de l'ordre", en raison d'autres manifestations prévues à Paris ce jour-là.