"On ne comptait pas un seul jeune" : aux réunions du grand débat national, les seniors ont le pouvoir

Perte de pouvoir d'achat, inquiétude pour les générations qui viennent, dégradation des services publics ... Les seniors ont saisi la balle au bond pour exprimer leurs doléances, tandis que les jeunes semblent aux abonnés absents.

Un premier débat se tient à Saint-Briac-sur-Mer en Ille-et-Vilaine, jeudi 17 Janvier.
Un premier débat se tient à Saint-Briac-sur-Mer en Ille-et-Vilaine, jeudi 17 Janvier. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

Dehors, il fait froid et nuit noire. A l'intérieur, la vaste salle municipale illuminée se remplit peu à peu, trois quarts d'heure avant le premier "grand débat" à Beauvais (Oise), qui se tient lundi 28 janvier à 20 heures. Respect un brin désuet de la ponctualité ou crainte de devoir rester debout ? Les premiers à s'installer sur les dizaines de chaises bleues disposées en arc de cercle sont souvent des retraités. Et les plus de 50 ans, en veste et pull chaud, représentent la majorité de l'assistance.

Une surreprésentation constatée ailleurs en France. Dès le 22 janvier, Nadia Bellaoui, une des cinq garantes du grand débat national voulu par le gouvernement pour répondre à la crise des "gilets jaunes", s'en inquiétait. En conférence de presse, elle rendait ainsi compte d'un "premier bémol" après une visite de terrain à Villiers-le-Bel : "On ne comptait pas un seul jeune parmi les 60 personnes présentes."

"On a stigmatisé les retraités avec la hausse de la CSG " 

En marinière grise et rose, Marinette, une Beauvaisienne de 70 ans, rigole : "J'ai voté Macron, comme beaucoup de retraités, et je suis même encartée En marche !, mais il y a des choses qui m'ont gênée. Le plafond fixé à 1 200 euros pour être exonéré de la hausse de la CSG, c'est quand même bas !" [Ce taux a été remonté à 2 000 euros pour une personne seule à la mi-décembre]. Une récrimination des plus mesurées par rapport à la salve des critiques formulées tout au long de la soirée.

Plus virulent Didier, gilet jaune, barbe et bonnet gris, prend le micro pendant la réunion sans mâcher ses mots : "Je suis retraité, ça se voit sur mon visage. On a stigmatisé la population des retraités avec la hausse de la CSG à 1,7% sans qu'on voit la situation s'améliorer", estime-t-il avant de réclamer une hausse des minima sociaux.

Michel, 70 ans, s'indigne devant "l'état des services publics qui se dégradent". Gilet jaune sur le dos, Henri, 66 ans, ancien employé de la ville de Beauvais, explique que "même avec une bonne mutuelle", il a dû y aller de sa poche "pour des examens respiratoires'", malgré sa faible pension. CSG, coût de la santé, délabrement des services publics, désindexation des retraites, tous déballent ce qu'ils ont sur le cœur, dans le calme.

"Pour les étudiants, c'est difficile de venir à une heure aussi tardive"

Nombre de ces retraités croient aux vertus du dialogue, après avoir été secoués par les images de casses ou de violences diffusées à la télévision pendant les manifestations de "gilets jaunes". A 76 ans, Raymond*, ancien responsable d'un service de santé, s'avoue "perplexe face aux contradictions de ce mouvement. Les revendications sont intéressantes, mais il aboutit à un risque d'impasse par son refus d'organisation, de dialogue, auquel s'ajoute la violence". La foi dans le débat, un réflexe générationnel ? Du propre aveu de Raymond, son investissement dans la discussion nationale tranche singulièrement avec l'indifférence de sa fille. 

Elle est secrétaire, elle galère pour trouver un boulot, mais elle n'ira pas débattre.Raymond*, retraité de 76 ansà franceinfo

Ce déséquilibre dans la pyramide des âges n'a pas échappé aux organisateurs. A l'initiative du débat de Beauvais, la militante de La République en marche (LREM) Venucia Vimbert l'admet : "Malgré le succès de cette réunion qui a attiré plus de 250 personnes, il y avait très peu de jeunes, d'étudiants." Et de tenter une explication : "Pour les étudiants, c'est difficile de venir à une heure aussi tardive." Le député LREM du Finistère, Jean-Charles Larsonneur, organisateur à Brest, le samedi 19 janvier, d'un café-citoyen, partage l'analyse. "Il n'y avait pas beaucoup de jeunes à mon goût, reconnaît-il. C'était un public de personnes en emploi, des retraités ou plus de 40 ans."

"La jeunesse est un angle mort du grand débat"

Au centre-ville de Tourcoing, le 29 janvier, des militants En marche ! ont privatisé à partir de 18h30 le premier étage d'un café-salon de thé, la "Torrefactory", pour y tenir une réunion du grand débat sur le thème de la fiscalité. Sur la vingtaine de personnes présentes, l'écart d'âge varie du simple au quadruple entre la jeune organisatrice, Romane, 20 ans, et le doyen des participants. Preuve de sa motivation : à 80 ans révolus, celui-ci s'est muni d'une canne-chaise pliante pour être sûr d'avoir un siège, et pouvoir ainsi dérouler sereinement sa vision de l'"optimisation des finances publiques".

Comme d'autres, Romane, militante LREM et étudiante à l'Ecole européenne des sciences politiques de Lille déplore cette surreprésentation des anciens. "C'est dommage, soupire-t-elle, les personnes âgées ont fait leur vie. Mais elles ont peut-être plus de temps." Même le Premier ministre, Edouard Philippe, a confessé, le 30 janvier sur France Inter, que la jeunesse est "un angle mort du débat" :

D'où vient cette désertion des jeunes ? "Il est difficile de les attirer dans la vie politique, remarque Romane. D'ailleurs, ils sont peu inscrits sur les listes électorales."

Pour la professeure de sciences politiques Céline Braconnier, co-auteure de La démocratie de l'abstention (éd. Folio), voilà qui relève de l'évidence.

Rien d'étonnant à cette sous-représentation des jeunes, qui se rapproche effectivement du phénomène de l'abstention, très fort chez les 18-30 ansCécile Braconnier, co-auteure de "La démocratie de l'abstention"à franceinfo

"L'écart de participation avec ceux qui votent le plus, les 65-69 ans, est de 35 à 40 points dans des élections sur les élections européennes par exemple. Pareil pour la vie municipale : la représentation des moins de 30 ans à la démocratie participative locale est inférieure à 3%. Ils sont très en retrait pour les formes d'expression politique, où il y a en revanche une surreprésentation des retraités."

Un problème d'information

Les jeunes ne semblent même pas être au courant du grand débat national. Surpris de voir défiler tant de journalistes à Beauvais, un des salariés de l'hôtel-café de la gare questionne, surpris : "Et il y a un grand débat comme ça partout en France ?"  Décidément, la communication ne passe pas. Idem à Tourcoing : "Notre réunion a été signalée dans La Voix du Nord, mais les jeunes ne lisent pas la presse quotidienne régionale, regrette Romane. Ils utilisent les réseaux sociaux." Et si la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa a animé sur C8 un "Balance ton post spécial grand débat national" avec Cyril Hanouna, c'est bien pour toucher ce cœur de cible, plus attentif aux sollicitations de son animateur favori qu'aux appels gouvernementaux.

La fracture générationnelle, visible, en masque d'autres. Pionnier de la démocratie participative locale, le maire de Kingersheim, Jo Spiegel, relève qu'aux réunions citoyennes locales, "ce sont des gens qui ont du temps qui viennent", donc des retraités. Mais il souligne parallèlement l'absence, "même dans [sa] commune, des invisibles, de ceux qui ont des fins de mois difficiles". D'où son recours au tirage au sort pour diversifier les conseils participatifs mis en place afin d'accompagner les projets municipaux. 

"Plus ils sont pluriels, mieux on peut co-construire un projet", détaille-t-il. Autant dire qu'il est sceptique face à "un grand débat national" qui ne saurait constituer "le début et la fin d'un processus démocratique", et dont on ne connaît pas les suites. "Qu'est-ce qui se passe après ?, demande-t-il. Est-ce qu'Emmanuel Macron est prêt à changer de cap ? Et quelle instance intermédiaire va hiérarchiser et co-construire les questions soumises à référendum ?"  Autant de questions pour l'instant sans réponses. Et sans les jeunes.