Manifestations : le malaise des policiers

Le dispositif de sécurité prévu par le gouvernement va placer les forces de l'ordre en première ligne. En plus des CRS et des gendarmes, des policiers de la BAC sont également mobilisés alors qu'ils ne sont pas toujours préparés à ce type d'action de maintien de l'ordre. 

FRANCE 2

Ils ont tenu à nous montrer sur place ce qu'ils ont vécu lors des manifestations de la semaine dernière à Paris. "D'un côté, l'extrême droite, de l'autre, l'extrême gauche", témoigne un policier. "On était pris en tenaille. Devant nous, il y a avait des casseurs, derrière aussi", renchérit une policière. Éric et Marie faisaient partie des policiers en civil chargés du maintien de l'ordre le week-end du 1er décembre à Paris.

"Ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'il y ait un mort"

Ils dénoncent le manque de préparation de leur hiérarchie, qui s'attendait à une manifestation classique. "On s'est vraiment rendu compte de la situation lorsqu'on a vu un groupe de casseurs en train de brûler une voiture devant nous", rapporte la policière. Les deux fonctionnaires déplorent le manque de formation et de matériel. "Ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'il y ait un mort", ajoute-t-elle. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes mobiles sur le quai des Tuileries à Paris, le 1er décembre 2018, lors de la mobilisation des \"gilets jaunes\" dans la capitale.
Des gendarmes mobiles sur le quai des Tuileries à Paris, le 1er décembre 2018, lors de la mobilisation des "gilets jaunes" dans la capitale. (YANN LEVY / HANS LUCAS / AFP)