Les "gilets jaunes" ne sont pas "des simples citoyens qui manifestent", déclare Macron au "New Yorker"

Dans un long portrait que lui consacre l'hebdomadaire américain, le chef de l'Etat revient sur le mouvement des "gilets jaunes" et le grand débat national.

Emmanuel Macron, lors d\'une conférence presse, à La Vallette (Malte), le 14 juin 2019.
Emmanuel Macron, lors d'une conférence presse, à La Vallette (Malte), le 14 juin 2019. (DARRIN ZAMMIT LUPI / REUTERS)

Interrogé sur les "gilets jaunes" et les critiques adressées aux forces de l'ordre dans un long portrait du New Yorker (en anglais), Emmanuel Macron a d'abord reconnu que l'usage excessif de la force par les policiers, dénoncé par des journalistes et par l'ONU, n'était pas "acceptable", avant de pointer du doigt la violence des manifestants. "Il faut voir ce que nous avons vécu, a-t-il rétorqué. Pour la première fois, nous avions un mouvement social avec un très haut degré de violence."  

Du "pur 'bullshit'"

Le président de la République affime n'avoir pas voulu "réduire le niveau de liberté dans le pays". "J'ai décidé de ne pas décréter de situation particulière, ni d'interdire ces manifestations", poursuit le locataire de l'Elysée, pour qui "cela aurait été une erreur". Mais "penser que nous avions affaire à de simples citoyens en train de manifester, c’est du pur 'bullshit' [des conneries en français]", a-t-il insisté. Le magazine américain s'intéresse aussi au grand débat national, présenté comme "une tournée d'humiliation publique" par l'autrice de l'article. Emmanuel Macron estime qu'il n'avait "pas d'autre choix que d'aller en première ligne".

Le chef de l'Etat admet que "l'humain n'était pas suffisamment au cœur" de son projet, qui n'a pas été compris, "probablement trop abstrait", selon lui. Emmanuel Macron envisage aussi la suite de son mandat et la prochaine élection présidentielle. "Si je ne suis pas efficace avec les classes moyennes, les gens se débarrasseront de moi. C'est la démocratie." Une déclaration dont la journaliste déduit qu'Emmanuel Macron sera candidat à sa réélection en 2022.