"Les dégâts sont probablement plus importants" que samedi dernier selon Emmanuel Grégoire, Premier adjoint à la mairie de Paris

Le secteur concerné par les incidents était beaucoup plus important.

Une voiture incendiée à Paris durant la mobilisation des \"gilets jaunes\" samedi 9 décembre.
Une voiture incendiée à Paris durant la mobilisation des "gilets jaunes" samedi 9 décembre. (THOMAS SAMSON / AFP)

La mobilisation des "gilets jaunes" à Paris samedi 8 décembre va certainement coûter plus cher à la capitale que celle du samedi précédent. "Le spectacle que Paris a donné est catastrophique. Les violences ont été moins radicales mais les dégâts sont probablement plus importants qu'une semaine avant", a affirmé Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, dimanche sur France Inter.

Un coût économique plus important

"Le secteur concerné par les incidents était beaucoup plus important. On n'a pas d'images aussi spectaculaires que l'assaut de l'Arc de triomphe. Le problème c'est que en ayant moins de barricades, il y a eu beaucoup plus de dispersion, donc beaucoup plus de lieux impactés par des violences", a expliqué Emmanuel Grégoire.

Le premier adjoint s'attend à un coût économique "plus important", avec pour conséquence une "facture pour les Parisiennes et les Parisiens très importante au détriment d'autres sujets", a-t-il dit. "L'une des forces de Paris c'est sa capacité à se redresser très vite. Il n'empêche qu'on ne peut pas un jour par semaine continuer à être ainsi en danger. Les pertes qui s'en suivent c'est une perte économique pour notre territoire", déplore Emmanuel Grégoire.